Antre du Tigrex Noir - Forum de la Saga Monster Hunter
Salut à toi, l'ami !
Bienvenue sur le forum de la saga Monster Hunter !

Sur ce forum tu peux proposer tes astuces ou poser toutes les questions que tu souhaites concernant Monster Hunter. Si tu n'est pas inscrit et que tu désires y être, inscris-toi en cliquant sur "s'enregistrer" ! C'est chiant mais tu risques de passer des bons moments pour l'avenir !
Et bien sûr, ce n'est pas un forum que sur Monster Hunter, ça serait triste sinon, tu peux te rendre dans d'autres rubriques afin d'échanger avec les autres membres sur des sujets divers et variés dans la taverne, où c'est tous les jours ma tournée, alors profite s'en !

Sur ce, je te souhaite un bon surf sur le forum.
Tigrex-noir,

Antre du Tigrex Noir - Forum de la Saga Monster Hunter

Bienvenue sur le forum de la saga Monster Hunter et bonne chasse !
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:38

Prologue de la saison 5 :
A l’aube d’une future Grande Apocalypse

« Il est dit dans le livre d’Erxalion intitulé « Contes, légendes et héros d’Alphasia », que dès lors que les mondes entreront dans le règne du chaos, des héros se réuniront afin d’éradiquer les malédictions et d’instaurer l’équilibre des mondes… En ce moment même, à Alphasia, l’absence de la légende disparue fait profiter un siège colossal des damnés afin de faire tomber la glorieuse cité de Deïnor… Ici, sur les terres de Dondruma, après avoir semer la tempête à Gardemine, le tigrex noir dit « Tyranika » est de retour sur ses terres natales, et est enfin prêt à faire face à son destin au sommet de l’ancienne tour. En ces temps-là, de l’autre côté encore non exploré du continent, la plus grande montagne du monde connu, la Daridé, suite au décès des parents de la pierre noire des éléments, est entrée en éruption donnant ainsi naissance à une monstruosité bien plus redoutable qu’un simple fatalis. Cette créature est d’une taille inimaginable, aucun homme ne peut l’arrêter, ni même un dragon. De plus, partout dans le continent, de nombreux dragons anciens aux origines inconnues ont été aperçut se dirigeant vers la tour, tout comme Tyranika et la mystérieuse créature géante… Le cataclysme est total. Les mondes pleurent, le mal remportent les victoires, sa conquête est sur le point de se conclure, le règne du chaos est déjà commencé, l’espoir n’existe plus, la mort est reine, les cieux s’écroulent, la terre brûle, les mers se déchainent… C’est l’Apocalypse… »
Moi, Etherius, père de la prophétie noire et narrateur de cette histoire, sens déjà le néant trembler de tous ses membres. Les mondes sont sur le point de mourir, j’ignore ce qu’il va se passer mais il est fortement possible que nous n’avions plus de chances pour arrêter cette malédiction. La mort est là, c’est la fin des temps…
Ma haine contre cette mystérieuse monstruosité m’a forcé à maudire le continent, mais j’ignorer à quel point cette prophétie pouvait être redoutable. Cela fait déjà cinq siècles que je suis mort. A notre époque, et même aujourd’hui, nous pensions qu’après la mort, notre âme s’envole soit au paradis pour les âmes pures, ou alors l’enfer pour les âmes impures. Mais il n’en est rien, il n’existe que le néant comme royaume des morts. Mais ici, les âmes peuvent se réincarner, mais seulement celles qui le souhaitent. Moi par exemple, j’ai refusé, je voulais voir le monde souffrir de ma prophétie…Notre famille maudite apporte le mal partout, Drackus en était la preuve, Mais étrangement, pas son fils, ni sa sœur.
J’entends déjà les dernières rhapsodies des plus grands musiciens de Dondruma, prévoyant un désastre cataclysmique…
Je ne peux rien faire, mais je ne veux pas détruire ce monde, je voulais le faire souffrir comme il m’a fait souffrir. Ah ! Comme c’est pathétique, moi qui vous narre cette histoire depuis l’offensive du tigrex noir, qui était en quelque sorte mon fils, je veux sauver ce monde après l’avoir haït pendant plus de 500 ans. Quelle triste tragédie n’est-ce pas ?
Néanmoins, si l’Alliance Drack et les Chroniques Noires veulent sauver le monde, ils doivent trouver la cité perdue de Mondias et trouver le livre d’Armalos… Ce dernier contient tous les détails de la prophétie… Et y compris comment l’arrêter… Armalos était mon petit frère qui m’avait suivi dans la plupart de mes quêtes. Il a vécu les mêmes malheurs que moi, mais je suis parti avant lui. M’ayant vu maudire la monde, il a été le premier archéologue ayant fait de nombreuses recherches sur cette prophétie noire, ainsi que sur les intentions du gouvernement. Après avoir trouvé la légendaire cité perdue de Mondias, il a décidé de le cacher dans ces lieux pour l’éternité jusqu’au jour où les élus le trouveront.
Le livre rouge d’Armalos est leur seul espoir… Mais encore faut-il qu’ils trouvent la cité perdue de Mondias… En effet, même si mon petit frère l’a découverte il y a 500 ans, cela ne veut pas dire qu’elle a été découverte par toute la communauté archéologique du continent. Non, mon frère s’est bien gardé de laisser la cité caché. Il a détruit tous ses plans, toutes ses recherches pour que personne ne trouve la cité. La raison ? Ou plutôt, les raisons, et oui, mon frère a d’abord caché son livre sur ma prophétie dans la cité, il s’agit là de la première raison de la sauvegarde de la cité perdue. Mais, mon frère aurait découvert aussi le secret de la cité, j’ignore de quoi il s’agit mais il devait être assez terrifiant pour permettre à mon frère de détruire toutes ses recherches. Le secret de Mondias serait-il un cauchemar plus cataclysmique que la prophétie noire elle-même ? C’est fortement possible.
En clair, les ténèbres ont déjà envahi les mondes, l’espoir n’est que rêve, le rêve n’est qu’espoir… Même les Dieux ignorent quel sera l’avenir de ces nombreux mondes… Mais ce qui est sûr, c’est que le mal a toutes ses chances de remporter la victoire, nous sommes à l’aube de la future Grande Apocalypse, le règne du chaos…

------Daridé------
Par miracle, les vents avaient détournés la fumée noire émanant du volcan épargnant ainsi le repaire des Chroniques Noires. Là, où tous les chasseurs se sont réunis suite à l’éruption du volcan. La situation était critique, en une journée, la lave et la pluie de feu rejetée par la gueule du volcan pouvait transforme la fantastique forêt sauvage couvrant la chaîne du Dragon Noir en terrifiant brasier. Les décisions furent prisent, Zalutrix ordonna la réunion des armes ainsi que les préparatifs afin de quitter ce lieu infernal. Malgré les innombrables questions des chasseurs, le temps était grandement compté, un autre violent tremblement de terre pouvait suffire à faire s’écrouler le repaire tout entier creusé dans les monts. Mais il y avait un problème. Comment traverser la mer de sable ? Sans navire, la fuite était impossible, que ce soit par l’ancien grand désert, ou par l’océan. Le débat commença ainsi :
-Jin : Boss ! Les armes sont enfin réunis dans ce chariot, par contre, nous n’avons plus de chevaux, le tremblement de terre a dû provoquer un éboulement qui a sans doute tué tous nos chevaux…
-Cœur de Dragon : C’est impossible, l’enclos était déjà ouvert, soit une trahison ou une erreur…
-Dragonis : Euh… c’est une erreur !
-Savra : Crétin ! Tu ne peux vraiment pas te passer d’aller voir des chevaux, c’est plus fort que toi !
-Zalutrix : Ce n’est pas grave, six d’entre nous prendrons mèneront le chariot. Qui se propose ?
-…
-Zalutrix : Bon très bien, ça sera Jin, Alvis, Detur, Armath, Orbemir, et Vaselru.
-Jin : Encore moi !?
-Detur : Comment ça encore toi, t’as rien foutu tout à l’heure quand on cherchait les armes !
-Jin : Pardon ?
-Orbemir : Et pourquoi moi aussi j’aurais encore cette corvée et pas Fredy ?
-Fredy : Moi ? Non mais c’est bon là, ça se voit que tu n’as pas changé la paille des chevaux il y a 6 semaines !
-Armath : Et je ne vois pas pourquoi moi je dois participer à cette corvée, je suis quand même celui qui a nettoyé la vaisselle il y a trois semaines !
-Vaselru : Et moi je…
- Zalutrix : CE N’EST PAS BIENTOT FINI ? Il y a un volcan en éruption à côté de nous, le repaire qui menace de s’effondrer, la fin du monde qui est dans à peine trois semaines et vous, vous ne pensez qu’à vous chamailler pour de telles CONNERIES ?
-Ok chef !
-Zalutrix : Bon, nous sommes prêts. Comment allons-nous faire pour quitter ce lieu, il est inutile de traverser le grand désert sans navire, et en plus, le vent est contre nous. Nous n’avons pas le choix, il faut passer par les mers, mais là encore il nous faut un navire.
-Dragonis : Mais attendez une seconde, comment Cœur de Dragon a réussi à venir ici alors qu’il n’avait pas de navire ?
-Cœur de Dragon : Mon cheval est mort d’épuisement dans la mer, j’ai ensuite continué à la nage jusqu’au mont.
-Dragons : Ah…
-Jin : On a qu’à construire une barque !
-Zalutrix : Une barque avec 37 personnes, UN NARGACUGA et un chariot rempli d’armes !
-Dragonis : C’est bon Exulis, tu peux sortir de ta cachette, tu es démasqué !

A cet instant, le jeune nargacuga sortit d’un buisson et bondit sur son maître, Dragonis :
-Jin : Alors là… J’hallucine… Un nargacuga apprivoisé ?
-Dragonis : Bon ! Il est gentil !
-Zalutrix : Passons. Il nous faut à tout pris un navire, on peut toujours tenter de longer la falaise pour tenter d’en apercevoir un qui…
-Atiss : Mais il y en a un qui est échoué sur la plage juste ici, à a peine un kilomètre !
-Zalutrix : Pardon ?! Mais depuis quand ?
-Atiss : Bah… Depuis plus de deux semaines !
-Zalutrix : BORDEL MAIS POURQUOI TU NE L’AS PAS DIT PLUS TOT ??
-Atiss : Parce que… Vous ne me l’avez pas demandé !
-Zalutrix : C’est la première fois de ma vie qu’il me vient à l’esprit de frapper une fille… BON, PASSONS ! DEPECHONS-NOUS !!

En effet, il y avait bien un navire, il n’a fallu que quelques trois heures aux Chroniques Noires pour l’accoster. C’était un galion, il était intacte, immense, armée de deux rangés de canons, presque propre, les voiles comme neuve. C’était comme un don du ciel. Or, il ne manquait plus qu’à savoir naviguer. Ce qui semblait plutôt mal parti pour des chasseurs…
.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:39

Les mondes sont en larmes, les hommes pleurent déjà leurs frères défunts, l’horreur gouverne petit à petit les nombreux mondes… L’aube du règne du Chaos approche grandement, l’Alliance drak a enfin trouvée les Chroniques Noires, et avec eux, de nombreux secrets sombres concernant la jeune alliance. Après que Toby ai vaincu étrangement son ennemi de toujours, l’éveil de la Daridé fut déclenchée, donnant ainsi naissance à un monstre titanesque encore jamais découvert… Tyranika, l’ukanlos noir, la mystérieuse créature du volcan ainsi que de nombreux autres dragons anciens encore non découverts se dirigent tous vers l’ancienne tour. C’est là que l’avenir du monde sera jugé…




Si le monde doit être sauvé, alors seul le livre rouge d’Armalos doit être trouvé. Sinon, ce monde devra être jugé et ainsi gouverné sous le Règne du Chaos…





Chapitre I :
La naissance du mal

Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS…
Frenquentacione mundi mala,
Malum vincit,
Haec finis temporis…
Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS….
Lacrimae de caelo,
Spe mortem,
Sanguinem innocentem,
Chaos regni,
Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS…
Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS…


Oh non… Je les entends déjà… Ils répétèrent sans cesse ces rimes sombres non loin de l’ancienne tour. Ils entraient déjà en action afin de faire appel à leur dieu du mal, la fatalis pourpre. C’est bien d’eux que je parle, « Le Sang du Crépuscule », organisation ennemi à celle des « Chroniques Noires ». Un de leur but est déjà accompli, semer la zizanie entre divers tribus afin de déclencher une guerre. Mais pourquoi ? Pour attirer le fatalis pourpre. En effet, ce terrible dragon ancien connu comme le plus puissant de tous n’apparait qu’en temps de guerre. D’où ses nombreux surnoms tel « La dernière abomination », « Le cataclysme divin », « Le tueur des terres », « Le père du Règne du Chaos », « APOCALYPTICUS » !!
Danighor vînt à eux, leur affirmant ainsi qu’il avait accompli une dernière haine entre deux autres peuples. Il semble que ce dernier, chef de la secte, aurait menti à travers les nombreuses milices des grandes villes du continent, tentant ainsi d’éveiller une haine entre les cités jusqu’à déclencher des guerres. Aillant ainsi manigancé cette horreur, Danighor aurait choisi comme champs de bataille l’arène de l’ancienne tour. Ces terribles évènements auront lieu dans trois semaines, lors du jour des lunes pourpre et azur.

------Côtes des chaînes du Dragon Noir------
Ils étaient enfin prêts. Le galion était chargé des armes et de tout le monde. La fuite du lieu pouvait enfin débuter. Mais encore fallait-il savoir naviguer. En effet, il s’agit là d’un équipage de chasseur, et non de marin. C’est alors qu’un nouveau débat eu lieu :
-Orbemir : Chef ! Comment faire pour lever l’ancre ?
-Zalutrix : Ah ? Bah… Il n’y a pas un truc qui fait tourner la chaîne ?
-Orbemir : Je ne sais pas chef !
-Jin : CHEF !! J’ai trouvé un tas de bouffe ! Tout est frais, il y en a pour au moins deux semaines…
-Savra : C’est incroyable ça ? Ce navire est immense, il n’appartient pas à la guilde par hasard ?
-Toby : C’est vrai qu’il ressemble à un navire d’expédition, peut-être que l’équipage s’est perdu dans les montagnes ! Mais je pense qu’il y aurait le blason de la guilde sur la coque du navire, non ?
-Dragonis : Le blason est sûrement sur les voiles, il faut les déplier !
-Savra : Déplier les voiles ?
-Dragonis : Bah je ne sais pas si ça se dit comme ça mais on se comprend !
-…
-Alvis : Chef ! La marée monte vite non ? Le navire commence à bouger sérieusement !
-Zalutrix : Bon sang mais… C’est vrai qu’il bouge beaucoup… MAIS ON NE VOIT PLUS LA PLAGE ?!
-Jin : Là j’avoue que, sur le coup, on a eu chaud !
-Zalutrix : Bon, écoutez-moi tous, à partir de cet instant, nous ne pouvons plus faire demi-tour ! Que… Que tout le monde se trouve un poste ! Je… Fredy, tu fais la vigie !
-Fredy : YEAH ! J’ai toujours rêvé de faire la vigie sur un navire !
-Zalutrix : Nan mais là c’est sérieux !
-Fredy : Pas de soucis chef !
-Zalutrix : Bon, qui d’autre… Tiens, Detur, tu t’occupes de la cuisine !
-Detur : Moi ? Bah… Si tu veux, boss…
-Zalutrix : Orbemir, tu tentes de maintenir le cap ! Armath, tu… Euh…Bah je ne sais pas moi… Tu peux… Bah écoutez tous, trouvez-vous un poste ! Essayez de gérer de manière à ce que l’on puisse arriver à Pokke par la rivière sans problème !
-Cœur de Dragon : C’est stupide, le navire est bien trop gros pour naviguer sur un fleuve ou une rivière, c’est un galion, pas un navire de pêche.
-Pralinas : En effet, si l’on veut aller à Pokke, il va falloir faire la moitié du parcours à pied !
-Dragonis : EYH ! Pralinas, ton père travaillait dans la marine n’est-ce pas ?
-Chroniques Noires : SERIEUX ?!
-Pralinas : Non…. Attendez un seconde ! D’accord, il est vrai que mon père était un capitaine de la marine mais cela ne veut pas dire que je m’y connais en navigation, je ne suis pas plus avancé que vous !
-Zalutrix : Mais… Tu n’as pas un petit conseil ou…
-Pralinas : Rien… Je ne sais vraiment rien !
-Zalutrix : Enfin bon, bref ! Vous comprenez, il faut faire en sorte que l’on puisse naviguer !
-Dragonis : ATTENTION !!

C’est ainsi qu’une « boulette » s’ajouta dans la liste interminable de Dragonis. En effet, ce dernier avait coupé un cordage retenant une des 14 grandes voiles, la faisant ainsi déplier juste au-dessus des chasseurs qui eurent peur de se faire écraser par cette gigantesque voile noire. Après les nombreux reproches reçus par le pauvre Dragonis, les chasseurs décidèrent d’en faire autant afin de débuter le voyage. Trouvant les cordages assez complexe à dénouer, ils utilisèrent donc ce qu’ils appelaient la méthode « Dragonis », quoique assez brutale.
Le mat du galion dévoila ainsi toute sa splendeur …. Macabre. Toutes ses voiles étaient d’un noir profond. On y vit des symboles semblables à des têtes de mort. Ce qui inquiéta un certain groupe de chasseur :
-Savra : J’espère que j’hallucine, ou au moins, qu’il ne s’agit pas de ce que je pense…
-Toby : Oh non… Espérons qu’il ne s’agisse pas d’eux !
-Cœur de Dragon : En tout cas, ce qui est sûr, c’est que nous sommes sur un galion appartenant à des pirates !
-Zalutrix : Ou ayant appartenu ! Bon, maintenant que nous savons d’où vient ce navire, il est grand temps de lever les voiles…. Qui sont déjà levée et… Euh… Bah, il ne manque plus qu’à suivre les côtes jusqu’à trouver une cité !

C’est ainsi que débuta le nouveau voyage. Après les montagnes enneigées, les majestueuses plaines, l’immense forêt, et la mer de sable, l’Alliance Drak découvrira la mer, tout simplement. Quoique, la navigation était encore une notion trop complexe pour être approfondie, on ignorait qu’il y avait un autre continent, la marine se contentait de défendre les ports au cas où une attaque des pirates surviendrait. Sinon, excepté les pirates, les rares expéditions partit découvrir de nouveaux horizons ne sont jamais revenus. La mer reste encore un monde à découvrir dans ce monde.


------Cité de Laprinas------
Laprinas était une grande glorieuse cité, sœur à Farock, toutes les deux séparée par la majestueuse forêt. Laprinas était la capitale de Dondruma. Une immense forteresse armée jusqu’aux dents, elle n’a jamais connue la défaite, son symbole était le cheval, l’immortalité. On dit que c’est ici que les plus grandes légendes de la chasse sont rassemblées, dont la légendaire « Fata Team », première alliance de chasseur à avoir vaincu un fatalis noir au château de Schrade. Cette cité est si bien défendue qu’elle peut repousser un Lao Shan Lung sans avoir besoin d’évacuer la population. C’est ici qu’a vécue la famille de Drackus, une famille noble aux richesses dites « infinies ». Ses parents vivent encore dans l’une des plus hautes tours de la célèbre cité. C’est aussi dans cette ville invincible que vit l’empereur du continent, dénommé Danighor. Il dirige à la fois l’Ouest et l’Est du continent. Sa puissance est inviolable, son peuple lui remet un immense respect. Danighor a chassé les pirates, promettant ainsi la paix éternelles au continent ainsi qu’à tous les citoyens. Pour lui, la chasse n’est que la chasse, c’est juste un métier repoussant les créatures nuisibles. En gros, tout le monde connu lui appartient, il représente la raison pour son peuple qui était obligé de l’écouter. C’était un homme assoiffé de puissance.
Ce jour-là, la cité était d’un calme presque surnaturel. On n’entendit même pas les oiseaux chanter, ni même le vent danser avec les arbres. Une atmosphère plutôt étrange, en effet, la ville était victime d’un curieux phénomène, les chevaux refusaient de manger, de boire, de laisser leurs cavaliers monter. Ils étaient agités, donnaient des violents coups de sabot dans l’espérance d’en sortir, ils hennissaient sans cesse…Comme s’ils voulaient quitter la cité. Les chiens aussi étaient fou, ils mordaient leurs maîtres, aboyaient plus fort les uns que les autres. Les felynes, quant à eux, refusaient de travailler et suppliaient leur maîtres de quitter la cité afin de partir loin, très loin, avant qu’il ne soit trop tard…

------Port d’Arengard------
Ce petit port était la proie d’une terrible tempête, les digues menaçaient de se briser sous la puissance inhabituelle des vagues. Le vent démontrait la rage de la mer sur les habitations en bois, les hommes courraient partout dans l’espoir de sauver leur bien. Tout à coup, il y eu une étrange succession de geysers dans la mer, les pêcheurs restèrent curieux. Ils n’avaient jamais l’eau s’agiter si violement lors d’une tempête. Les colonnes d’eau s’élevèrent de plus en plus haut. Les pêcheurs, oubliant la tempête, regardaient attentivement ce mystérieux phénomène. Et puis, là, je vois une tête, et les pêcheurs aussi. Oh mon dieu… Que se passe-t-il ? C’était un fatalis… Il fatalis à l’écaille azur qui surgissait de l’eau… Il hurla plus fort que la foudre. Ses ailes le menaient vers les cieux. Puis, il observait étrangement le continent sur lequel il venait d’arriver. Après une courte attente, l’immense dragon bleu s’éloigna avant de replonger dans la mer. Bon sang… Mais que se passe-t-il ? Ma prophétie ne devait pas être si horrible que ça… Quelle est donc cette créature ? Je n’en n’ai pas voulue ! Je voulais juste que les éléments se déchaînent sur notre monde, mais pas que des mythes se réveillent menaçant la destruction du monde… Oh… Oh Dieu … S’il vous plait, ne faites pas ça… Que vois-je là-bas ? C’est… C’est un mur d’eau ? Oui… Oh non… Le fatalis a invoqué un raz de marée… Ce n’est pas vrai, qu’ai-je fait ? Je suis en train d’assister à la destruction du monde… Par ma faute !

Et que se passe-t-il à la ville de Norelia ? Quoi ? Un fatalis vert ? Non, il est de couleur émeraude ! Et que fait-il ? Ce n’est pas vrai… J’hallucine… Un…Un cyclone dévore la ville…

-Erxalion : Et que croyais-tu ? Vieil homme ? Tu as osé défier la mort n’est-ce pas ? L’âme du Drack noir a répandu le mal dans de nombreux mondes après sa défaite contre la légende disparue, à Alphasia … Tu n’as pas de chance… Une partie de sa puissance joue avec toi… Même mort, le Drack noir cherche toujours à étendre son Règne du Chaos…

Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS…
Bellum, ira, odio, abominatio, mortem… CATACLYSMUS…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:40

Chroniques Noires :
Tyranika, l’aube de l’apocalypse

Partie I :





Si ma prophétie a décidée d’en finir avec le monde, alors il faudra bien plus que de simples héros pour l’arrêter. Ce qui est sûr, c’est que si le livre rouge d’Armalos n’est pas trouvé, le monde connu sera donc proie du Règne du Chaos. J’ignore totalement quels indices pourraient mener l’Alliance Drak à la cité perdue de Mondias mais je doute fortement qu’il en existe. Je ne vois pas d’autres moyens que le livre rouge…
Que l’on soit clair, ma prophétie s’éveille dès lors des lunes pourpres et azurs. Ces évènements sont très rares, il faut au moins trois à huit ans entre chaque phénomène de ce genre. Mais cette année est très différente, en effet, il y a déjà eu une lune pourpre et azur qui ont données naissance au rajang blanc, mais il y a une seconde lune pourpre et azur cette année. Et ce, dans trois semaines. Comme vous le savez déjà, la mort du Teostra Père et de la Lunastra Mère a réveillé une terrible créature née de l’éruption de la Daridé. Cet évènement aurait déclenché une menace pour la prophétie. Je m’explique. Le teostra et la lunastra sont les gardiens de la tour, sans eux, le fatalis blanc est proie d’autres dragons anciens qui veulent éliminer leur dieu suprême. Vous trouverez surement cela absurde mais il s’agit là de la vérité. C’est juste un comportement animal dévastateur, une simple question de territoire. Tous ces dragons anciens qui assassinent le continent veulent que ce dernier leur appartienne, tout simplement. Sentant le fatalis blanc sans gardiens, ils se dirigent tous vers la tour, attendant le jour fatidique où la prophétie se réalisera de nouveau. Mais le pire est encore à venir, les fils de la prophétie, c’est-à-dire les dragons maudits par la pierre tel le tigrex noir, s’attaqueront eux aussi au fatalis, même s’il s’agit à la base de simples wyverns, ils possèdent la puissance des éléments, et donc assez pour renverser le fatalis blanc.

C’est donc une véritable guerre entre dragon qui va se jouer dans les trois semaines… Des héros ne servent à rien, seule une légende peut surpasser la prophétie… Une seule légende en est capable… Il s’agit de la légende du livre rouge…

------Village de Denak------
Denak était à peine un village, c’était juste un petit clan qui s’est installé sur les plaines de Dondruma. Il n’y avait pas de chasseur, et encore moins de milicien, juste des paysans, personne ne savait se battre ni se défendre. Les villageois avaient juste des felynes qui pouvaient flairer le moindre danger et ainsi prévenir les hommes. C’est un petit village très paisible. Le chef, Teras, était un jeune biologiste amoureux de la nature. Il n’aimait pas la chasse, pour lui, les dragons étaient comme les hommes, des enfants de Mère nature.
Une femme sort de sa hutte, elle avait les cheveux mi- longs, châtain, les yeux d’un vert foudroyant, elle devait avoir presque 40 ans, à moins qu’elle n’en ait que 35. Les villageois ne le savaient pas. En effet, la femme était amnésique. Trouvée par la jeune fille de Teras il y a plus de huit ans dans les plaines, elle ne savait vraiment, ni son nom, sa famille, ses passions, son but… Elle était totalement amnésique. Mais je pense qu’elle mérite bien d’être l’héroïne de cet épisode.
Je disais donc, la femme avait été nommée par les habitants Iterna. Sa gentillesse surpassait celle de tous les villageois, elle était une femme splendide et très aimée.
Mais là, ce soir-là, elle allait enfin se réveiller, ou du moins, une part d’elle-même…
Le soir tomba, après le repas du soir, un petit rassemblement quotidien était organisé par les habitants. Ils riaient, discutaient, s’amusaient… Il les surveillait.
Tyranika, le tigrex noir était caché dans l’ombre du bois, il avait faim.
Mais la foudre frappa le brasier. Et une silhouette émeraude s’avança vers les villageois en pleine panique.
Tyranika, stoppé par son élan, tente d’analyser l’agresseur.
Les felynes étaient endormit avant que la foudre ne tombe. Ils n’avaient donc pas pu sentir la menace approcher. Les villageois recherchaient le responsable de l’affront. Mais il n’y avait rien. L’ombre émeraude avait totalement disparue, comme s’il s’agissait d’un fantôme. Iterna cacha les enfants, puis ordonna aux villageois d’éteindre le feu dans l’espérance que l’agresseur se perde dans le noir.
Ça y est, Tyranika a flairé son adversaire… Il est temps de passer à l’action…
Iterna et les villageois, tous armés d’un couteau, attendent l’ennemi. Mais ce qui se produisit aller changer l’harmonie du clan. Derrière les hommes armés, un hennissement les interpella, Iterna aperçut le fantôme, et vit ainsi toute sa vie.
Le kirin émeraude, passant à travers le groupe d’homme, prit d’assaut Tyranika.
Et là, ce que le clan vit était tout simplement hallucinant. Ils virent les flammes et la foudre danser lors d’une terrible bataille entre les deux fils du Chaos.

Iterna tomba à terre, totalement perdue, désorientée… Teras prit ainsi la décision de quitter les lieux. Les aptonoths furent ainsi chargés avec vitesse, les constructions du nouveau village devaient être abandonnées, les tentes se démontaient toutes, et les caravanes s’en allèrent…

Les deux astres luttaient avec acharnement, c’était le choc des éléments. Mais la puissance du tigrex noir l’emportait sur le kirin émeraude. Or, cela ne veut pas dire que le kirin est en difficulté, non bien sûr, sa foudre affaiblit grandement le tigrex. Ce dernier, assoiffé par le pouvoir, le sang, la violence et la chair, définit toute sa brutalité lors de cette bataille. Mais l’agilité du kirin lui résiste. Feu et foudre s’affrontent. Les deux maudits veulent le territoire. La foudre soulevait la terre, les flammes embrasaient le petit bois. Mais le tigrex noir restait meneur de la bataille. Le kirin savait qu’il était en danger, les flammes tranchaient la foudre, et la brutalité du monstre noir faisait trembler la terre. Tout à coup, les vents s’affolèrent dangereusement. Le kirin commençait à trembler de peur, sa puissance n’était rien face au tigrex. Les vents dansèrent de plus en plus fortement. Le tigrex cracha des flammes qui manquèrent d’atteindre le kirin. L’incendie du bois réchauffait grandement l’atmosphère. Mais les deux fils s’en moquèrent, ils ne pensaient qu’à se battre. L’un voulait régner, l’autre voulait la paix, ou plutôt sa paix. Mais la puissance dévastatrice de Tyranika détruisait celle du kirin. Il n’avait pas le choix, la fuite devait être la meilleure possibilité. C’est ce qu’il fît. Le kirin galopa, fuyant la rage terrifiante du tigrex noir.
Tyranika avait perdu un repas et un adversaire. Sa colère s’empara de lui. Il hurla. On lui répond. Et cette réponse venait du Nord. Tyranika s’y dirigea donc. Arrivé à destination. Il vît un dragon qu’il ne pensait pas voir. C’était un dragon géant, à l’écaille blanche, guidé par les vents. Sous la peur de tomber sur un adversaire plus coriace que lui. Tyranika se retira donc. Toujours cherchant son repas.

Bien loin dans les plaines, le clan de Teras se repose de leur grande fuite. Pour Teras, quelque chose n’allait pas, cela se voyait sur son visage. Quant à Iterna, elle était totalement hors d’elle. Toute tremblante, elle regardait le sol, pensait au kirin émeraude qu’elle avait vu. La pauvre femme, pétrifiée, avait ressenti une impression de déjà vue. Ce kirin l’intriguait. Son amie, Ylois, ayant aperçu la peur sur le visage d’Iterna, l’interrogea :
-Ma pauvre, tu es complètement terrorisée. Est-ce la destruction du chantier ou le combat entre les deux monstres qui t’as mise dans cet état-là ?
-Non… Je… Ce kirin….
-Oui je sais ! Moi-même, j’ai été très surprise de voir ce pelage émeraude, c’est très inhabituel pour un kirin !
-Je… J’ai vu des images dans ma tête… Quand je l’ai vue…
-Des images ? Raconte !
-C’est assez compliqué. Je me voyais armée, avec une armure en écaille de dragon, j’étais avec un homme équipé comme moi, et nous étions tous les deux devant ce kirin… Puis après, j’ai vu un bébé…
-Un bébé ?
-Oui… C’est assez étrange, je ne sais comment l’expliquer !
-Tu as lourdement besoin de repos ! Allez, va te coucher. Ne t’occupe pas de nous ce soir !

« C’est donc une véritable guerre entre dragon qui va se jouer dans les trois semaines qui suivent… Des héros ne servent à rien, seule une légende peut surpasser la prophétie… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:41

Chapitre II :
Iterna

Il n’y aura pas beaucoup d’action dans ce chapitre. Néanmoins il révélera un mystère, ou plutôt, une partie du grand mystère d’Iterna. Cette dernière est une femme amnésique, âgée entre 35 et 40 ans. Elle ne sait absolument rien sur elle, ni son véritable nom. Or, la nuit dernière, lors d’une bataille entre deux mystérieux dragons. Son passé lui a fait surface. Elle n’avait eu que de simples flashs, des images. Mais rien qui puisse forcément répondre à ses questions. Mais ces images lui faisaient peur. Elle avait vu un bébé, puis après, une autre image lui montrait elle et un homme, équipé comme des chasseurs, traquant un animal, sans doute. C’est tout ce qu’elle possédait comme détail. Au fond, quelque chose lui disait qu’il fallait qu’elle quitte le clan, ses amis. En effet, elle voulait retrouver son passé. Le fait de voyager pouvait lui faire des révélations.

C’est ainsi que débute ce chapitre, Iterna a quitté le clan, sans le prévenir, à la recherche de son passé. En réalité, c’était surtout cet enfant qui l’inquiétait. Et si elle avait un fils ? Ou une fille ? C’est fortement possible.
Ainsi, elle vagabondait sur les terres de Guardemine, seule.
Une semaine s’écoule. La femme amnésique marchait toujours au même rythme, elle cherchait. Mais quoi ? Par où commençait ? Cela faisait des jours qu’elle se posait cette question. Mais un soir…
Un soir, toujours sur les plaines, Iterna observait l’horizon, l’esprit vide. Puis, quelque chose détourna son attention. Une odeur de brûlé flottait dans l’air. La femme suivit l’odeur et trouva, devant elle, le cadavre d’un dragon. Là, Iterna s’approcha du cadavre et l’analysa :
« C’est un rathalos azur, le corps n’est pas brûlé mais la zone a été dévastée par ses flammes. C’est donc ça qui sent le brûlé. A voir la longévité des flammes, la fraicheur des empreintes et des destructions, le Rathalos est mort il y a plus de 20 heures. Ce dernier a beaucoup de blessures. Pour ce qui est de son adversaire, étrangement, la terre est beaucoup mouillée par endroit, je vois aussi des fragments de glace, des arbustes carbonisé. Je ne connais pas ces empreintes, il est impossible qu’il y ait eu plusieurs dragons puisqu’il n’y a que deux types d’empreintes. Ce serait donc un dragon d’eau, de foudre et de glace. Je ne connais rien de cela ! »
Elle se retira, son rapport inutile l’avait au moins occupé. Elle continua à marcher, pendant une heure.
L’heure passée, sur le coup, elle stoppa sa marche. Quelque chose l’avait frappée. C’était ce rapport du cadavre. Mais, c’est vrai ça. Comment pouvait-elle dire toutes ces choses comme reconnaître une empreinte, dater des évènements, analyser un cadavre, faire un portrait du combat… Seul des chasseurs expérimentés peuvent faire de telles déductions. Un simple paysan ne saurait rien dire. Puis elle songea à l’homme en armure…
Ça y est, elle avait enfin une idée de qui elle pouvait être :
« Non… Je suis une chasseresse ! »
Ainsi, elle se dirigea vers l’Ouest, la ville la plus proche selon sa carte. Pourvu qu’il y ait une guilde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:41

Chapitre III
Ames perdues

------Plaines de Guardemine------
Retrouver son destin. Tel était le but d’Iterna. Mais inutile d’y revenir, vous le savez déjà. La jeune femme vagabondant sur les plaines immenses de l’Est de continent, cherchait à tout prix une guilde, un village, un contact humain. Elle savait qu’elle avait un lien avec la chasse. Les monstres ne lui faisaient pas peur, elle savait très bien se défendre, et avait une capacité d’analyse que seuls des chasseurs pouvaient avoir. Tout y songeant, il marchait.

Trois jours s’écoulent. Sans savoir où Iterna se dirigeait, elle marchait, avançait, rêvassait… Son esprit était ailleurs. Mais un bruit de pas l’interrompit. Quelqu’un s’approchait d’elle. C’était une jeune fille, semble-t-il. Oui c’était bien une fille. Oh, je lis dans ses yeux. Eh bien, nous sommes bien avancés. Cette jeune fille semble complètement traumatisée. Son regard se perd, son visage n’a plus d’expression, et elle semble épuisée. Bien, nous avons donc deux femmes complètement perdues…

Elles marchaient toutes les deux, côte à côte, sans se dire un mot. La jeune fille devait avoir 15 ans je pense.

C’est ainsi que se déroula le voyage jusqu’à la légendaire ville de Kokoto, à laquelle bien sûr, elles y arrivèrent totalement par hasard. Et comme prévu, aussitôt, Iterna se précipita dans la hutte du chef du village. Et là, ce fut le choc.

La jeune femme entre dans la hutte. Le chef était bien là, en train de jouer avec un jeune felyne. Iterna le salue. Le vieil homme se retourne, avant que son corps ne se paralyse entièrement. C’est impressionnant, cet homme semble connaître notre héroïne. Mais bon sang, qui es-tu Iterna ? Je dois le savoir, je ressens en elle un terrible destin. Il suffit, revenons.
L’homme, choqué, lui demande :
-Qui es-tu ?
-On me nomme Iterna. Je ne sais rien de moi. Mais je pense avoir été jadis une chasseresse. J’ai besoin de renseignement à la guilde. S’il vous plait, aidez-moi !
-Inutile… La loi veut que les dossiers des chasseurs disparus depuis plus de 5 ans soient détruits.
-Pour qu’elle raison ?
-Je l’ignore, mais cette loi a été instaurée par notre empereur Danighor il y a 10 ans. Je ne peux rien faire pour vous, désolé.

Arrête cette comédie misérable vieil homme. Je le vois dans ton esprit, ton expression est menteuse. Bon sang ! Quel cauchemar. Pourquoi ne révèles-tu pas la vérité ? Traître ! Ce n’est pas vrai, Mondias n’a toujours pas été trouvée, il y a un élément clé qui se ballade sans savoir ce qu’il est, et pour finir, l’apocalypse est dans moins de deux semaines… Que faire ? À part regarder ce monde se détruire petit à petit ? Eh bien, je ne suis que le maître de la prophétie, mais je ne peux pas l’arrêter, quelle ironie du sort n’est-ce pas ?

Iterna était complètement perdue, elle quitta la hutte du chef afin d’aller cimetière. La petite fille l’a suivait toujours, sans dire un mot. Arrivée au cimetière, Iterna marchait, tout en analysant les pierres tombales des chasseurs. Toute cette analyse se fit en plein silence, un silence de mort dans un cimetière, comme si l’on était sourd. Puis, elle vit la tombe de Maximus. Là elle lut :
« Ci-git le fils de Drackus
Mort suite à l’attaque du légendaire Kirin »

Tout à coup, Iterna tombe à terre. La petite fille sentit qu’il y avait un problème et se précipita vers Iterna. Cette dernière était paralysée. Dès qu’elle lut le nom de « Drackus », des images lui refont surface, tel des flashs. Ces images représentaient un chasseur, en armure faite avec des écailles de rathalos face à un immense akantor. Il avait un katana à dent, une « Lame Suprême ». les flashs disparues, elle reprit petit à petit ses esprits, et se retourne vers la fillette, puis lui dit :
-Ne t’inquiète pas pour moi !

La jeune fille était en larmes. Et lui conta toute son histoire :

C’était il y a moins d’une semaine. La jeune fille s’appelait Myli. Ses parents étaient tous les deux des paysans du petit village de Fradel. Ce village a toujours était paisible, il était dans un lieu proche de la mer, entouré de grandes plaines, à l’abri des carnivores. Mais ce jour-là, un intrus s’y invita. Non un homme, ni une femme, mais un autre animal : Ce fut un gigantesque (enfin, gigantesque… il avait la même taille qu’un Akantor !) dragon à écaille blanche qui dansait avec les vents. Il ne touchait pas la terre, son habitat était l’Idéal, et non le Spleen. Mais il n’agissait pas comme l’Idéal, mais comme son opposé. Ce dragon légendaire, qui n’avait jamais été vu par le moindre humain auparavant, fit appel à la colère des vents, avant de rayer le village des rares cartes du monde connu.
Ayant ainsi perdue toute sa famille, et étant surtout la miraculée du cyclone dévastateur. La jeune petite fille avait vagabondée pendant presque toute une semaine, avant de rencontrer Iterna.

Iterna avait été touchée par l’histoire de la jeune fille qui s’était mise à pleurer. C’est ainsi qu’elle avait décidée de s’occuper d’elle. La malheureuse était heureuse d’avoir trouvée une nouvelle famille, une personne qui pouvait s’occuper d’elle. C’est ainsi que les deux âmes perdues s’étaient jurées de rester unie, jusqu’à ce que leur destin leur fasse face.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:41

Chapitre IV :
L’éveil des vents

------Village de Kokoto------
Cette fin d’après-midi était très déprimante pour les deux jeunes femmes. La petite fille, Mily, pleurait pour le sort d’Iterna, qui n’avait finalement rien trouvée sur elle. Triste sort en effet, il est possible qu’il n’existe aucune trace du passé, tout avait été perdu, ou détruit. La petite fille et Iterna était ainsi devenues des amis inséparable. Mily était une très belle petite fille, son visage exprimait la pureté et la sagesse, son regard définissait le plus grand tort de l’homme, la confiance. Elle avait un cœur d’or et une âme d’argent, elle était le symbole du bien, de la lumière. Quant à Iterna, étrangement, je ne voyais rien de tout cela, tout était vide chez elle, elle était l’absence, on voyait bien qu’elle était en manque de passé. Bon sang mais qui es-tu Iterna ? J’en suis sûr, le chef du village l’a connait, mais il fait le muet. Abruti !
Le soir venu, Iterna s’installa sur une table dans le hall de rassemblement de la guilde, sans argent, elle ne pouvait commander à manger, néanmoins elle avait demandé un verre de lait pour la petite, qui est toujours gratuit, dans n’importe qu’elle lieu. Comme toujours, l’ambiance est celle des chasseurs qui vantent leurs exploits de chasse, leurs trouvailles, les dernières rumeurs sur la présence inattendue et soudaine des dizaines de dragons anciens sur le continent. Bref, c’était ça l’ambiance du hall, beaucoup de discours et de bières.
Ainsi, les deux filles discutaient. Mais un évènement vînt interpeller l’ambiance. Un chevalier fit irruption dans le hall, ce dernier avait une lettre attachée à sa ceinture. Il l’a prend et l’a lit devant les chasseurs :
-Avis à tous les chasseurs de haut rang ! Un dragon ancien inconnu se dirige vers la cité voisine Deïnnos. Cette dernière est déjà en préparation pour l’assaut, le chef de la cité demande à tous les chasseurs de haut rang de venir impérativement sur les lieux de l’attaque avant l’arrivée du dragon. Une grande récompense de 100 000 hz vous sera remise si vous remportez la victoire !
-Quel est donc ce dragon ancien ? On en sait au moins quelque chose ? Demande un chasseur.
-D’après les recherches du gouvernement, il pourrait s’agir d’un dragon déjà évoqué par un livre interdit à la vente. Ce livre s’intitule « L’autre monde » écrit par le terrible pirate Maelstrom Eternel, vous devez certainement le connaitre. Le dragon serait un certain « Amatsu Magatsuchi », il flotterait dans les airs et contrôlerait les vents à sa guise. Il est presque aussi grand qu’un akantor. On ne sait rien de ses faiblesses, ce sont les seules informations que l’on possède.
-Bordel mais une prime de 100 000 c’est que ça doit être un sacré morceau…
-Eyh ! C’est pas une petite brise qui va nous arrêter ! N’est-ce pas les gars !! »
Personne ne lui répond, mais le message était clair pour Iterna. Mily était tétanisée, c’était le dragon qui lui avait tout enlevé. L’Amatsu… Ah ! Quel monstre fabuleux…Un véritable challenge pour Iterna, en tout cas, c’est ce qu’elle se disait. Elle était décidée. Elle devait chasser ce monstre. Mais avec quel équipement ? Avec quel argent ? Iterna ne peut même pas s’acheter une bière. Mais elle avait un plan. Le soir même, elle retourna dans la hutte du chef de kokoto. Là, elle l’interrogea :
« -Bonjour !
-Encore vous ? Demande le vieil homme, surpris.
-Qui est Drackus ? Son nom me dit quelque chose !
-Il s’agit… Il s’agit du héros de Pokke ! Pourquoi une telle question ?
-Je ne sais pas…Peut-être que je le connais !
-Que cherchez-vous ? Au juste ?
-Une panoplie de chasse ! Je n’ai pas un sou mais j’ai un talent pour la chasse, j’ai besoin d’un équipement de chasse pour traquer l’Amatsu, afin de venger mon amie. J’ai confiance en mon potentiel. S’il vous plait, aidez-moi !
-Je… »

Le vieil homme s’assit, cacha son visage avec ses mains, et hurla « ALPHA ! ». Puis un homme, vêtu comme un assassin, cape rouge, capuche rouge, répondit à l’appel du chef. Le dénommé Alpha se présenta tel. Le chef lui ordonna d’aller chercher une armure blanche :
« -Chef ? Etes-vous sûr ?
-Alpha ! S’il te plait ! »

L’ancien bras droit de Cœur de dragon s’exécuta, et ramena une armure aussi blanche que la neige, fabriquée avec le pelage d’un kirin. Iterna, à la vue de l’armure, sous le choc, tomba à terre. Inerte. La petite fille se jeta sur son amie évanouie, en suppliant qu’elle n’ait rien de grave. Alpha ne bougea point. Quant au chef, il resta tout interdit. Mily demandait aux hommes de l’aider à réveiller la jeune femme. L’ancien bras droit de Cœur de Dragon se précipita enfin pour transporter Iterna sur un lit.

A peu près une heure plus tard, Iterna s’éveilla enfin. Le vieil homme, Alpha et Mily était devant elle, attendant son réveil. Remise de ses émotions, Iterna sortit du lit malgré les interdictions des hommes. Enfila l’armure, pris les dagues, et quitta les lieux avec Mily, sans dire un mot…
Il était tard ce matin, Iterna attendait que la petite se réveille, il était au moins 10 heures. L’armure kirin avait révélée quelque chose de fort à Iterna : Elle l’avait déjà porté. Elle en était sûre. Je le lit dans son esprit, elle connait tous les détails de son équipement, comme si c’était elle qui l’avait fabriqué. Quant aux dagues, inutile d’en dire plus : Le nom de Drackus y était sculpté sur la garde.
Iterna avait bien sûr tout dit à Mily, après qu’elle s’est réveillée.
Ce matin même, Iterna était partie pour Deïnnos, promettant à Mily un retour…

Ah ! Dieu… Une légende se réveille… La légende noire également. Quant à la légende blanche…C’est confus, j’ai du mal à voir….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:43

CHAPITRE V :
En route vers Deïnnos

C’est sur les plaines fleuries et désertes que Iterna était partie en route de Deïnnos afin de traquer l’Amatsu Magatsuchi. Equipée d’une panoplie en composants de kirin, elle avait son cœur qui souffrait encore des malheurs de la petite Mily qu’elle avait laissée au village de Kokoto. Marchant à pied sur les innombrables collines, guidée par sa carte, elle avançait lentement, l’esprit à nouveau vide…
Sur sa route, un hennissement se fit entendre. Alertée par l’appel du cheval, elle se précipita en direction des voix en détresse. Arrivée sur les lieux, elle aperçue un cheval aussi noir que les ténèbres, encerclé par une horde de vélocipreys menés par leur chef Velocidrome. Ces petits wyverns aviaires voyaient leur repas, mais Iterna voyait sa monture. Décidé de sauver l’animal en danger, elle dégaina ses dagues et passa à l’attaque.
Iterna se jette ainsi sur les trois velocipreys à sa gauche, esquivant sans problème les coups de griffes et de crocs, ses dagues, générant de la foudre grâce à la puissance du kirin, tranchèrent les velocipreys. Ces dagues étaient d’une puissance dévastatrice. Deux autres velocipreys attaquent par la droite, une dague dans le crâne, l’autre dans la gorge. Deux cadavres de plus. Cette fois-ci, Iterna était dans la peau d’une véritable chasseresse, ses autres coups n’étaient que mortels. Se jetant dans la troupe de velociprey, elle faisait un véritable carnage. Elle esquivait et frappait si bien que l’on croyait qu’elle dansait. C’était une chasseresse hors pair, elle avait effectivement un énorme potentiel, un vrai talent pour la chasse. La foudre terrassait les assaillants, les lames les achevaient. Bientôt, Iterna marchait sur les cadavres qui remplaçaient l’herbe. Sa danse macabre faisait un terrible ravage, et puis, il n’y avait plus eu de velociprey, ils avaient tous fuit de peur. Seul le Velocidrome était là, reniflant les cadavres de ses gardes, de ses enfants… Le duel entre la femme et la bête débute ainsi. Le Velocidrome fonça vers sa cible, tentant de l’attraper avec ses crocs. Mais Iterna, d’un violent coup de dague, parvient à repousser l’assaut en lui coupant ses grandes griffes. L’animal à terre, Iterna enchaîne en plantant une de ses dagues sur la patte avant droite du Velocidrome. Le monstre alpha hurlait de douleur, et pour apaiser ses souffrances, Iterna lui fendit le crâne d’un coup précis. Le chef de la meute tomba à terre, sans vie.

Le cheval était ainsi libre. Iterna s’en approcha doucement, l’animal noir semblait l’attendre, il n’avait pas peur. Puis, Interna le caressa, le cheval recevait parfaitement bien le contact avec l’homme, il n’était pas sauvage. Après cette première approche, Iterna monte sur le cheval noir. Ce dernier ne fit aucune réaction, comme si tout était normal. Iterna en conclut donc qu’il s’agissait d’un cheval déjà élevé. Et bien, tant mieux pour elle.

Sur sa monture, la jeune chasseresse ne tarde pas à s’élancer de nouveau dans sa quête. Au grand galop, sur un cheval dont elle ne savait rien, elle continua son périple. Sur le chemin vers Deïnnos, il n’y eu aucune péripéties… Pas un dragon… Mais que des paysages ravagés et des cadavres. Signe qu’un puissant dragon était déjà passé. La vue de ce désastre rendait mal à l’aise Iterna. Mais malgré ses souffrances et sa solitude, elle continua son périple jusqu’à ce qu’elle rencontre le pire…

En effet, Le lendemain matin, Iterna atteint Deïnnos… Du moins, ce qu’il en restait…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:44

CHAPITRE VI :
La rage des vents


Selon le légendaire pirate, redouté de tous, dénommé « Le Maëlstrom Eternel », l’Amatsu Magatsuchi serait un dragon ancien maîtrisant la rage des vents. Sur les terres de Dondruma, tout comme sur celles de Gardemine, le vent est le symbole de la colère des dieux. Une tempête annonce donc un mécontentement de ces derniers.
Pendant longtemps, dans les temps anciens, les peuples du continent, séparés par la grande forêt, ne se connaissaient point encore, et donc, Gardemine et Dondruma étaient deux mondes qui n’avaient aucun échange, en ces temps, chaque terre pensait être unique, la forêt et la mer étaient les frontières de Dondruma, le désert et la forêt étaient celles de Gardemine.
Un jour, la fille du chef du plus puissant peuple des terres de l’Ouest, nommé Gardemine, s’aventura dans la grande forêt, guidée par les vents de l’Amatsu Magatsuchi. Elle n’en avait point peur, elle était fascinée par la beauté de l’animal. Tout en suivant la danse des vents, elle se perdit dans l’immensité de la forêt. Puis s’endormit.
Ce même jour, le fils de la chef du plus puissant peuple des terres de l’Est, nommé Dondruma, s’aventura dans la grande forêt, guidée par les vents de l’Amatsu Magatsuchi. Il n’en avait point peur, il était fasciné par la puissance de l’animal. Tout en suivant la danse des vents, il se perdit dans l’immensité de la forêt. Puis s’endormit.
Le lendemain de ce jour, Dondruma se réveilla avec Gardemine dans ses bras. Cette dernière été éveillée, et regarda tendrement Dondruma avant de l’embrasser. Les deux astres ne formaient plus qu’un, un grand amour était né. Très vite, le nouveau couple découvrit que tous deux étaient d’origine d’une terre différente, d’une terre inconnue. Les deux amoureux, bouleversés de leur découverte de « nouveau monde » avertirent chacun leur tour leurs peuples. Et très vite, pour les récompenser de leur découverte. Dondruma nomma sa terre d’origine comme son nom, et Gardemine fît de même. Et les deux astres devinrent ainsi roi et reine de leurs terres.
A la suite, le jeune couple, s’étant éloigné d’un buffet entre les deux mondes pour y faire une promenade nocturne en amoureux, discutèrent des causes de leur rencontre époustouflante. Et c’est ainsi qu’ils découvrirent que la rencontre entre les deux mondes s’est faite grâce à l’Amatsu Magatsuchi.
Le jour suivant, la royauté du continent ordonna fortement de vouer un culte au dragon de vent. Et ainsi, tout le continent priait pour leur unique Dieu qu’est l’Amatsu Magatsuchi. Des statues, des temples et même des oracles ont alors été érigés en son honneur. Et l’Amatsu Magatsuchi accepta très bien ce culte. Ainsi, il protégeait les hommes.
Mais un jour, bien plus tard, le roi et la reine du continent périrent tous les deux, dans leurs bras. Leur fils unique hérita ainsi de la couronne.
Mais le nouveau roi, siégeant à Gardemine, était assoiffé par le pouvoir, la puissance, l’argent… Il voulait créer des échanges commerciaux entre les deux régions afin de gagner de l’argent en plus grande quantité et plus rapidement. Ainsi, il ordonna alors la déforestation de la Grande Forêt malgré les interdictions de la capitale Mondias de Dondruma.
La déforestation débuta. Et ce fut un véritable carnage. Des milliers d’animaux et de dragons ont été tués par l’armée profitant de la terrible artillerie copiée à celle de la formidable cité de Mondias. En un mois, un quart de la forêt avait été rasée, et des milliers d’animaux ont été tués. Ce fut l’un des plus grands carnages de l’histoire.
Mais au centre de la forêt se trouvait un arbre gigantesque pouvant atteindre le ciel. Ce dernier était en réalité le territoire de l’Amatsu Magatsuchi. Le lieu que vénérait le dragon.
Et la catastrophe arriva. Le roi ordonna la destruction de l’arbre, pensant qu’il pouvait revendre le bois à bon prix. Mais avant d’engager le carnage… la redoutable armée blanche de Mondias assiégea Laprinas, capitale de Gardemine. La bataille faisait rage. Mais Mondias perdit la guerre, sa brillante armée avait été vaincue par ses propres secrets militaires que Gardemine s’était appropriée secrètement.
Alyfer, roi de Mondias, ordonna la construction d’une tour immense afin de demander l’aide des Dieux pour calmer la calamité. Indépendante et privée de son armée, Mondias construisait sa tour dans l’ombre de la mort et de la désolation.
Et le jour fatidique arriva… 2 ans après la guerre, l’arbre millénaire tomba…. La tour fut terminée, elle atteignait les nuages…. Et la toute première apocalypse de l’histoire se déroula…
Alyfer, au sommet de la tour, fit appel au fatalis blanc… Et lorsque ce dernier se déposa sur la tour gigantesque… Il vit son monde ravagé… Fou de rage, il invoqua une pluie de foudre sur le continent. L'humanité fut décimée en partie… Seuls les innocents furent épargnés… Ainsi, le fatalis se retira…
Mais le pire n’était pas encore arrivé…
L’Amatsu Magatsuchi… Réveillé suite à la destruction de l’arbre millénaire… Invoqua une tempête mondiale qui avait détruit toute construction humaine ainsi qu’une grande partie des survivants de la colère du fatalis… Il n’existait plus aucune ville…Sauf Mondias… Qui fut caché quelque part dans le monde…
La tempête dura en tout un siècle, les rares survivants s’étaient cachés dans les chaînes montagneuses de l’Est. Ils n’étaient qu’une centaine… Les hommes cachés dans les montagnes vivaient sous la terreur d’un grand dragon noir qu’est le Lao Shan Lung Cendré… Mais ils ont parvenus à survivre pendant un siècle…
Plus tard… La chasse était née…

Ce récit est présent comme tel dans le livre du Maelstrom Eternel. Ce pirate a parcouru les mers tout en découvrant les faces cachées du monde. Ses découvertes, il les garde. Ses livres sont cachés avec les trésors qu’il a enterrés dans le continent…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:44

CHAPITRE VII :
La chute d’une fierté

Quelle tragédie… La puissante cité de Deïnnos est tombée. Il ne reste que des ruines, pas de flammes mais beaucoup de poussières. Sans aucun doute l’œuvre de l’Amatsu Magatsuchi. Le Dieu des vents. Iterna était complètement bouleversée, ce monstre antique est d’une puissance extraordinaire. La simple force des vents a pu coucher des tours et des maisons de pierre. Telle est la fureur d’un dragon ancien. La poussière empêchait aux rayons du soleil de révéler les hautes ruines. Les cieux sont, par contre, éclairés par une lumière de mille feux. Le choc entre le ciel et la terre est si fort qu’Iterna prit peur d’entrer dans la cité ravagée. Mais une voix agonisante se fit entendre. Iterna y couru. Là, elle trouva un chasseur ensanglanté priant tout en se plaignant de ses douleurs. Lorsque ce dernier vit Iterna, il cassa sa prière et rampa vers la femme :
« -Inutile d’aller plus loin, Demoiselle. Deïnnos est tombée.
-Je le sais bien, depuis quand l’assaut à cesser ?
-Jeune femme, il y a encore des chasseurs qui se battent contre le dragon blanc. Mais je doute qu’ils puissent tenir encore longtemps…
-Ce monstre est si redoutable que ça ? Est-ce bien l’Amatsu Magatsuchi ?
-Oui…. C’est bien lui…. Je vous en supplie… Allez-vous en… Ce dragon a totalement liquidé Deïnnos, la fierté de Gardemine !
-Je n’ai pas le choix, ce dragon doit mourir !
-Arrêtez… Mais attendez… Cet… ce cheval… C’est toi Pusk-Ar ? L’héritage de Danoth… Mon meilleur ami… Mademoiselle… Où avez-vous trouvé ce cheval ?
-Comment l’avez-vous reconnu ? Je l’ai trouvé dans les plaines, pourquoi ?
-Je… Je reconnaîtrai cette robe noire à des kilomètres… Ce cheval est vraiment extraordinaire… je n’ose plus compter les légendes qui l’ont chevauchés… Même Drackus !
-Drackus ? Que savez-vous de lui ?
-Comme… AH ! Je souffre…
-Dites…
-Comme tout le monde… Nous ne savons rien de Drackus… Il est le héros de Pokke… L’homme qui a tué le tigrex noir…
-Bon Dieu… Un tigrex noir ? Cela existe ?
-Cessons de croire les mots de notre roi… Aaah… Mon Dieu…. Danighor est la réincarnation du mal absolu…. Bon sang… J’aurais dut… J’aurais dut détruire cette pierre ce jour-là !
-Mais parlez ! Qui êtes-vous bon sang ?!
-Je me nomme Daturi… Je suis celui qui… Celui qui a découvert la pierre noire qui a donné naissance au tigrex noir…. Par tous les Dieux… Mon frère Fredi a donné sa vie pour sauver la mienne face à ces deux monstruosités qui … Ahhh…
-Résistez, s’il vous plait… Dites !
-C’était il y a huit ans… Mon frère et moi devions simplement chasser des remobras mais… Danighor nous y a envoyé vérifier quelque chose… Pourquoi ? Pourquoi ?! Sans le savoir, la guilde nous as envoyé au sommet de la tour… Mais il n’y avait pas de remobras… Juste ce rituel apocalyptique… Quel horreur… Dieu… Aidez-moi…
-Ne partez pas… Restez et parlez !
-Mon Seigneur…. J’ai déjà parlé de ce jour… Maintes et maintes fois… je n’en peux plus… Je ne peux pas partir sans… Sans venger Fredi… Il me faut tuer… Tuer ce dragon rouge de feu… Ce lion enflammé…
-C’est inutile, vous êtes beaucoup trop blessé. J’ignore même s’il est possible de vous sauver…
-Ma condamnation est une honte… La mort ne peut rivaliser contre ma rage… Si je ne peux éliminer ce dragon de feu… Alors j’éliminerai ce roi qui m’a plongé au cœur de cet enfer…
-Danighor ? Notre roi ? Un assassin ? C’est beaucoup trop confus… Que cherche-t-il ? Quel est son lien avec l’apparition des dragons anciens ?
-Il veut honorer son Dieu… Ce dernier lui aurait promis l’immortalité… A condition d’éveiller la bête de l’apocalypse afin de tuer son pire ennemi… Le fatalis blanc…
-C’est absurde, le fatalis blanc n’existe pas !
-Je sais bien qu’il n’existe pas… Je viens de vous citer une légende, ou plutôt, une hypothèse… Danighor semble intéressé par ce conte pour enfant… cette histoire d’immortalité à dormir debout… Il est complètement…Fou… Il faut éliminer cet être… Sa folie détruira le continent tout entier…
-Danighor obnubilé par un conte pour enfant ? Je ne comprends rien… Je… »

Catastrophe. Un hurlement retentit derrière le gigantesque rideau de poussière. Pas de doute, je l’ai reconnu, c’est bien celui du légendaire Amatsu Magatsuchi. Iterna, totalement désorienté par les révélations floues du chasseur approchant de la mort, descendit de Pusk-Ar, dégaina son arme et s’élança vers les hurlements.
Traversant les murs de la cité en ruines, tranchant la poussière de par ses pas pressé, la rage la contrôlant, Iterna parvient enfin au cœur de la bataille : Trois chasseurs, plutôt mal au point, affrontés ensemble le redoutable légendaire dragon blanc. L’un était armé de deux dagues forgées avec des écailles de rathalos et de rathian et portait une armure classique de chasse, le seconde, plus petit, avait son épée lourde en os et crocs de dragon, son armure était celle d’un kushala daora, puis le dernier, tout tremblant, n’avait qu’une fusarbalète et une armure crée à partir de carapace de caenataur. Ces trois hommes luttaient avec courage et férocité. Mais l’Amatsu n’était que très peu blessé. Il avait encore toute son énergie et déchaînait sa fureur sur les trois chasseurs à bout de souffle.
Iterna ne rata point l’occasion de s’inviter à la chasse. Son aide sera grandement utile pour les chasseurs en difficultés. Lorsque la chasseresse s’élança vers le monstre, les chasseurs firent de même. Mais une violente poussée les propulsa au sol. Tous remis de leur chute, un des chasseurs fit un signe de main qu’Iterna compris aussitôt, ce dernier signifiait « Dispersion ». Et le plan s’exécuta. Les quatre chasseurs se dispersèrent tous, chacun vers un endroit différent. L’Amatsu, alors complètement déstabilisé par la dispersion, pourchasse néanmoins l’artilleur de l’équipe. Ce dernier tente de se sauver en se réfugiant dans une caserne ayant à peu près bien résisté aux assauts précédant. Mais sa cachette était une grande erreur, en effet, il y a beaucoup de poudre à canon dans une caserne, et avec la tempête, la poudre s’est propagée partout dans le bâtiment. Et lorsque l’artilleur décide de piéger le dragon, qui tentait d’introduire sa tête dans la caserne via la porte d’entrée, il fit alors l’erreur de sa vie. Pris de panique, et profitant du fait que le monstre avait la tête coincée par la porte, le chasseur chargea une munition puissante nommée « Munition Fragmentation » puis tira… La catastrophe arriva… Oui mes amis, avec toute cette poudre dans la caserne, suite à la déflagration provoquée par l’explosion de la fusarbalète, donna naissance à une explosion beaucoup plus puissante qui raya la caserne et quelques maisons de la cité, et l’Amatsu Magatsuchi, au cœur du noyau de flamme. Bien entendu, le chasseur n’y survécu point.
La terrible explosion a alertée les autres chasseurs qui n’hésitèrent point à se précipiter vers les lieux du désastre. Après avoir franchis de nombreux débris, ils virent, malgré toute cette poussière, le corps de l’Amatsu Magatsuchi au sol, inerte… Rougissant…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:45

Chapitre VIII :
Furie céleste

------Ruines de Deïnnos------
La caserne a complètement été dévastée suite à l’explosion, l’Amatsu Magatsuchi en fut victime. Son corps gisait sur le sol. Les chasseurs le virent malgré toute la fumée dégagée par l’explosion. Le corps du dragon des vents était toujours aussi blanc, mais recouvert de rouge. Le rouge du sang, mais pas seulement… En effet, malgré la puissance de l’explosion, l’Amatsu Magatsuchi n’avait pas vraiment de grandes blessures, même s’il semblait très amoché. En réalité, son écaille laissait apparaître de mystérieux symboles rouges qui s’étendaient petit à petit sur son corps. Les chasseurs s’interrogeaient donc sur cette étrange apparition. Mais Iterna comprit.
« Eloignez-vous !! » Hurla-t-elle.
Et là, aussi incroyable que cela puisse paraître, le corps de l’Amatsu se mit à bouger, puis se leva. Le dragon était toujours vivant, son corps était d’un blanc divin et d’un rouge terrifiant. Il entra dans une colère si grande que ses yeux devenaient aussi rouges que son sang. La chasse n’était toujours pas terminée, je dirais même qu’elle ne faisait que de commencer. Iterna et les autres chasseurs savaient que ce combat demanderait d’autres sacrifices.
Le dragon blanc et rouge, fou de rage, s’envola vers les cieux et s’immobilisa. Les vents s’accentuèrent de plus en plus, ils tournèrent autour du dragon, comme s’ils voulaient le défendre. En réalité, il ne se préparait pas à se défendre mais à attaquer. Les chasseurs n’attendirent plus longtemps, il fallait attaquer, mais le problème est qu’il n’y avait que des épéistes, et aucuns artilleurs puisque ce dernier s’est déjà sacrifié. Ils n’étaient donc que trois, Iterna semblait être la mieux en point. Les deux autres étaient épuisés et blessés. Mais rien ne pouvait arrêter Iterna, même si les vents devenaient de plus en plus fort et que l’Amatsu était sur le point de balayer toute trace de vie sur ces lieux, il lui fallait à tout prix tuer ce monstre. Elle chercha seule, les autres chasseurs priaient pour un éventuel miracle, puis là, elle vit un canon qui avait par chance échappé à l’explosion. Dans l’immédiat, elle accourut vers le canon, dans l’espérance qu’il soit déjà prêt à faire feu. Pendant ce temps, l’Amatsu descendit petit à petit vers le sol, les vents toujours aussi puissants, afin de passer à l’action. Les vents dansants autour de lui dessinaient une tornade, ou plutôt, un jeune cyclone qui grossissait à chaque seconde. Catastrophe ! Si ce cyclone prend vie, tout sera balayé. Iterna en avait bien conscience, c’est pourquoi, elle analysa le canon, qui, par chance ou par miracle, était prêt à faire feu. Iterna n’hésita pas un instant, il lui fallait mettre son plan à l’action. Pour cela, pendant que les deux autres chasseurs tentaient de déstabiliser le dragon, la chasseresse orienta le canon vers sa cible : Une grande tour de guet en pierre qui a à peu près résisté à l’explosion et au combat. Pour elle, si cette tour s’écrase sur le dragon, ce dernier sera assez blessé pour pouvoir l’achever avec un bon coup de dague. Ainsi, elle attendit, encore, et là, elle enflamma la mèche, et le canon fit feu. Dieu ! Quel malheur ! Ce n’est pas vrai, je n’y crois pas… l’Amatsu a paré le tir en sacrifiant son bras droit. Mais le pire vînt là, le cyclone prit forme, et souffla tout sur son passage. Les deux chasseurs n’y échappèrent pas. Et là, l’Amatsu cracha un puissant jet d’air sur la direction de notre chasseresse. Cette dernière fut propulsée par la puissance de l’attaque, et ne se souvînt plus de rien.


Et hit bellum
Superbia evanuit
Fabula Deus Finem Habent

Je ne peux vous décrire ce qui vient de se passer… C’est effrayant… Mon Dieu…
Iterna, après une bonne heure dans le coma, se réveilla enfin. Sa tête lui faisait mal. Si mal qu’elle faillit se mettre à pleurer. Puis, après que sa douleur se soit calmée, elle ouvrit les yeux, et vît devant elle l’Amatsu Magatsuchi complètement massacré, à ses pieds. Iterna avait du mal à y croire : Le dragon du vent avait été tué par un autre dragon bien plus fort que lui. Son corps était mutilé de mille coups de crocs et de griffes. Quel véritable carnage ! Iterna parvînt à se relever avec difficulté. Puis elle s’en alla, déçue, voir même complètement déprimée. Elle avait promis à la petite Mily une vengeance, mais il semble que ce soit un autre monstre qui eut raison du dieu des vents.
Elle vagabondait dans les ruines de la ville, et là, un chasseur qui avait défié le dragon et qui, par miracle, avait survécu au cyclone, vînt à elle, et lui demanda :
« - Par tous les Dieux et les anges… Que s’est-il passé ? Avez-vous tué l’Amatsu Magatsuchi ?
-Non… Mais il est bien mort ! Répondit Iterna.
- Il est mort ? Victoire ! Venez, allons à Laprinas fêter cela ! Au fait, qui êtes-vous ?
- Ecoute-moi pauvre misérable mécréant… La joie et la victoire ne peuvent plus exister dans ce monde… Ton comportement est plus qu’intolérable, as-tu pensé à tes camarades mort lors de cette chasse ? Par Dieu ! Vas t’en, ou tu auras affaire à « La Reine De Sang », moi, Sylva ! »

Oh non… Iterna… le choc qu’elle a eu au crâne lui a permis de recouvrer sa mémoire… Qu’a-t-elle dit ? Elle ne nomme Sylva, alias « La Reine De Sang » ? Oh non, mon Dieu… Comment est-ce possible ? Sylva, la femme de Drackus, la mère de Maximus…


Fabula evigilavit

Comment cette femme peut-elle encore être vivante ? Se peut-il qu’elle soit aussi dangereuse que Danighor ou Cœur de Dragon ? Non ! Impossible, la justice divine brille en elle… Comment as-tu fait Sylva pour survivre face à l’akantor il y a plus de 17 ans ? Que s’est-il passé ce jour-là ?

------Une semaine plus tard---Kokoto------
C’est à Kokoto que notre histoire va s’achever, ou du moins, cette histoire. Pendant que Sylva et Mily s’amusaient ensemble, un soldat de la garde impériale accompagné d’un homme très bien habillé (Sûrement un noble, croyez-moi !), interpella les deux amis. Mily, voyant le noble (Si si, c’était un noble vu comment il était habillé !) versa une larme. Sylva tentant de comprendre quelque chose, questionna Mily mais L’homme en question ouvra ce discours :
« - Demoiselle Milya, je vous ai enfin trouvé. Votre père est si inquiet depuis l’attaque du dragon ! Que faites-vous avec cette paysanne ? J’ai pour ordre de votre père, de vous ramener dans votre nouvelle villa à Laprinas. Vous devez être ici pour le couronnement de votre père qui sera élu roi du continent d’ici quelques jours ! S’il vous plait, venez et quittez ce bas monde !
-Sylva : Eh ! Le vieux ! Tu es qui pour me prendre la petite de cette manière et de m’insulter de paysanne ? Et puis d’ailleurs, à ce que je sache, Danighor est notre roi non ? Je pensais que son trône était inviolable !
- Ecoutez femme, ces affaires ne vous regardent pas ! Notre roi Danighor a disparu depuis longtemps et notre famille étant la plus riche et puissante du continent, le père de Demoiselle Milya souhaite ainsi prendre le pouvoir du continent, pour cela, il demande sa fille immédiatement. Vous ne pouvez imaginer la peur qu’il ait eue lorsque ce dragon blanc a détruit leur ville natale ! »

L’homme prit Mily par la main la forçant de le suivre malgré son souhait de rester auprès de Sylva. Après maints et maints pleurs et cris, les deux âmes furent séparées par l’armée divine.

Mily retournera donc auprès de sa famille qu’elle déteste, là, elle ne connaitra point la liberté. Mais une éducation sévère pour qu’elle soit apte à hériter du pouvoir de son père. Quant à Sylva, elle intègrera une team bien connue, sans grand but, elle chassera les enfants de la prophétie qu’elle connait si bien…
Cette histoire est terminée ! Maintenant, passons au scénario principale, là où l’Alliance Drak, accompagné des Chroniques Noires, sont en route pour mettre un terme à cette malédiction…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:45



Les mots de mon frère sont clairs, lui seul a trouvé le moyen d’arrêter définitivement la prophétie. Moi-même qui ai donné naissance à cette malédiction qui frappe ce monde depuis cinq siècles, ignore comment en finir avec elle. Oui mes amis, je vous le dit, si vous désirez revoir la beauté et la justice briller de nouveau sur ce monde, il faut donc aux héros de l’Alliance Drak et des Chroniques Noires de retrouver le livre rouge d’Armalos caché dans la légendaire cité disparue de Mondias. J’ignore même où elle se trouve, et malheureusement, je ne vois pas comment nos héros pourront la retrouver. Mais ce qui est sûr, c’est que si ce monstre né du volcan, suite à la mort du Teostra Père et de la Lunastra Mère, parvient lors de la nuit des deux lunes au sommet de la tour pour tuer le fatalis blanc, alors ce monde cours à sa perte. Vous ne pouvez imaginer de quelle puissance est ce gigantesque mystérieux dragon, il symbolise l’apocalypse.



Mondias…
La cité perdue…
Le Livre Rouge…

De mundi circa mala
Maledictum Devora Lux
De Rea Mens Dolet
Lux Divina
Libera Nos

CHAPITRE I :
Fuite vers la mer

------Mer Levios---Non loin de la Chaine du Dragon Noir------

Vous le savez sans doute, la Daridé est entrée en éruption donnant ainsi naissance à un dragon aussi gigantesque que ceux répertoriés jusqu’à aujourd’hui. Les Chroniques Noires accompagnés de l’Alliance Drak se sont enfuis des lieux en emportant avec eux les mystérieuses armes qui étaient cachées dans le manoir de Dragonis. Ensemble, ils ont fuit par la mer sur un navire pirate abandonné depuis quelques jours : Les provisions étaient toujours comestibles et le navire était en très bon état. Je le rappelle, leur but est de retourner au village de Pokke afin de retrouver le carnet de chasse de Drackus, ce carnet contiendrait des pages écrites en ancienne langue que seul un nombre limité de personne peut lire, ce sont ces pages qui détiendraient les recherches de Drackus sur la prophétie. Cet homme avait menti à son entourage en disant qu’il ne savait rien à propos de cette malédiction, en réalité, il connaissait beaucoup de choses sur cette dernière. Ces pages possèdent sûrement la clé capable d’éteindre la malédiction. Mais selon l’Alliance drak, et ce qui est même sûr, c’est que Maximus avait hérité de ce carnet et qu’il l’aurait laissé dans sa maison avant de quitter Pokke avec ses amis.

C’est donc à travers les mers que nos chasseurs termineront leur voyage. Le navire peut naviguer au cœur du continent en passant par le grand fleuve qui prend source aux monts enneigés entourant le village de Pokke : Là où tout pourrait se conclure.

Nous étions au cœur de l’après-midi, le navire avait déjà toutes ses voiles contre le vent, l’ancre fut levé avec beaucoup de difficultés et ne navire avança vers de nouveaux horizons. Sur le pont, les chasseurs priaient pour que leur voyage en mer se passe bien, ils ignoraient tout de ce qui se cachait dans les profondeurs abyssales de cet autre monde. A bord, il n’y avait pas de capitaine puisque personne ne savait naviguer, et encore moins donner des ordres sur un navire tel que celui-ci.

Le voyage débuta donc ainsi avec quelques étourderies dus à l’incompétence de son équipage. Mais les provisions étaient là, toutes fraiches, et ils étaient… Plutôt bien équipés, en ce qui concerne la défense… Oui mes amis, quand je dis qu’il s’agit d’un navire de pirate, ce n’est pas un petit bateau de commerce. Non, tout à fait par hasard, Jin, accompagné de Armath, trouvèrent dans une salle de la calle des innombrables armes de guerres et de chasses. En ce qui concerne les armes de guerres, il y avait des rapières, des sabres, des épées à deux mains, des arbalètes, des lances et mêmes des gigantesques canons déjà positionnés en direction de la mer, scrutant par leur fenêtres l’horizon. Pour les armes de chasse, il y avait vraiment de tout, mais essentiellement des armes peu puissantes. Cela allait du « Kris en Os » au « Marteau Massacre ». Une véritable caserne dans le cœur d’un navire. Même un grand navire de guerre de la Marine n’aurait pas une telle artillerie dans ses réserves. Alors, Jin et Armarth interpellèrent leurs camarades :

« -Armath : Eyh ! Chef ! On a trouvés des centaines d’armes dans la calle du navire !

-Jin : En plus d’armes de chasse !

-Zalutrix : C’est plutôt une bonne nouvelle ! En tout cas, nous ne sommes pas près de manquer d’armes, ça c’est sûr ! Cela pourrait nous être utile si l’on se fait attaquer par je ne sais quoi !

-Cœur de Dragon : Les armes ne sont pas un problème, mais c’est la défense qui est dérisoire ici ! Le navire est fait de bois, si un dragon nous attaque, nous risquons gros !

-Zalutrix : Mais lui aussi frère ! N’oublie pas qu’un dragon de feu est très sensible à l’eau, et nous en sommes entourés. Un dragon n’ira pas prendre de risques inutiles !

-Cœur de Dragon : Sauf un dragon des mers !

-Dragonis : Un dragon dans la mer ? Ah ! Je n’ai jamais entendu de conneries pareilles !

-Cœur de Dragon : Petit chasseur ! Ne l’oublie pas, la mer n’est pas une simple étendue d’eau, c’est un autre monde !

-Dragonis : Essaye encore ! »



Le navire continua son périple ainsi… Jusqu’au lendemain. Où ils firent… Une curieuse rencontre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:46

CHAPITRE II :
L’ombre dans la mer

------lendemain matin---Mer Levios------
Ce matin-là, les chasseurs rangèrent leurs armures dans des caisses trouvées dans la grande calle du navire. Ils se disaient qu’ils ne pouvaient rencontrer des monstres dans la mer et qu’aucun dragon ne pouvait les attaquer par la terre, même s’ils longeaient les chaînes du Dragon Noir, pour eux, un dragon ne risquerait pas d’attaquer une proie en mer, la cause est qu’il pourrait s’y noyer. Les chasseurs voyaient en effet cette traversée en mer comme une sorte de voyage reposant. Une bonne semaine de vacance ! Comme disait si bien Dragonis. Mais il n’y avait que Cœur de dragon qui gardait sa mystérieuse armure ainsi que son imposante épée, aussi étrange que l’armure blanche qui le protégeait. Cet homme soulevait d’innombrables questions parmi les membres de l’Alliance Drak : Qui est-il ? Quel est son nom ? Que cherche-t-il ? Pourquoi est-il si distant ? Pourquoi a-t-il quitté le gouvernement pour rejoindre les Chroniques Noires ? Est-il un espion ? Tant de questions sans réponses… Mais Dragonis, rongé par la curiosité, ne tient plus et ouvrit un dialogue avec l’homme concerné :
« -Dragonis : Eyh !! Salut l’ami ! Alors tu serais le frangin du chef des Chroniques ? Quel est ton nom ?
-Cœur de Dragon : Mon nom…. Pourquoi devrais-je te le révéler alors que cela serait entièrement inutile ?
-Ben… « Cœur de Dragon » fait plus nom de team que d’une personne ! Et puis ça serait plus sympa de mieux te connaître vu que l’on fait cette quête ensemble, non ?
-Ce n’est pas une quête, mais une guerre.
-Une guerre ? Mais n’importe quoi ! Tu délire l’ami…
-Je ne suis pas ton ami. Lui dit-il en lui coupant la parole, brutalement.
-Ok ! Ok… mais pourquoi es-tu aussi pessimiste ? Ce n’est pas une guerre mais bien une quête ! Notre but est de chasser les dragons liés à la prophétie !
-Cela est bien ce que j’ai dit. Il s’agit d’une guerre, ignorant… A présent, laisse-moi… »
Sur ces mots Dragonis sembla déçu de ne pas avoir pu s’approcher amicalement du mystérieux chasseur. Derrière, Armath et Atiss riaient du sort de Dragonis. Celui-ci vînt alors à eux et ouvrit ce second discours :
« -Dragonis : Pourquoi riez-vous ?
-Armath : Tu perds ton temps l’ami ! Personne au monde, excepté Zalutrix, n’est capable de mener un discours correct avec Cœur de Dragon. Oublis cet homme, il est bien tranquille tout seul, il n’y a que la solitude qui peut le guider. D’après ce que j’ai remarqué !
-Atiss : Mon amour ! Cœur de Dragon est quelqu’un de très mystérieux, mais ne te pose pas de questions sur lui. Crois-moi, il vaut mieux. Tu le sais sans doute que les gens silencieux ne méritent pas d’être social et qu’ils portent malheur !
-Dragonis : Mais chérie, ce que tu viens de dire est un ancien proverbe. Il ne faut pas croire à celui, certaines personnes comme lui peuvent avoir un grand cœur !
-Armath : Dragonis ! Laisse Cœur de Dragon, fais comme nous, oublis-le. C’est le chef qui nous l’a ordonné, « Surtout ne vous posez pas de questions à son sujet ! » qu’il disait. Et puis, personnellement ce type m’effraie, donc je préfère ne pas du tout lui parler ! »
A peine eut-il le temps de finir sa phrase, qu’une secousse fit trembler tout le navire. Certains membres de l’équipage tombèrent sur le plancher du navire tellement le choc fut soudain. Dans l’immédiat, tous ce guidèrent sur le pont et scrutèrent la mer. Rien ! Ils n’y virent rien qui puisse tant secouer le galion. Puis, tout à coup, il eut un bruit anormal d’eau. Comme si quelque chose avait jeté une grande pierre dans l’eau. Et là, juste après, une deuxième secousse frappa le navire, mais bien plus faible cette fois-ci. Les chasseurs analysaient les alentours, mais sans résultat. Qu’était-ce ? Personne ne pouvait y répondre, sauf Cœur de Dragon : « Un seigneur des mers ! » qu’il leur dit en se doutant que cela accentua l’incompréhension parmi les siens. Mais, l’intrus finit par se montrer. Les chasseurs restèrent bouche bée. Un dragon bleu, sans ailes, presque aussi grand qu’un rathalos, nageait autour du galion. Et le plus incroyable, c’est que de la foudre semblait défendre le monstre marin. Les chasseurs devaient se rendre à l’évidence : Les mers regorgent elles aussi de dragons. Des dragons marins qui n’avaient jamais été découverts… Tout comme celui-ci qui fixa longuement le navire en se demandant de quoi il s’agissait. Ce galion était beaucoup trop grand pour que le dragon des mers puisse l’aborder. Cela aida grandement les chasseurs qui ignoraient totalement comment affronter un dragon dans la mer. Lieu auquel ils n’y connaissaient absolument rien. La créature plongea à nouveau dans les profondeurs de la mer. Mais le navire savait que l’ombre de la mer planait sur lui. Qu’est-ce qu’elle pouvait encore cacher ? D’autres dragons presque aussi grand et terrifiant qu’un Lao Shan Lung ? Cette pensée faisait rire certains chasseurs qui trouvaient cela tellement absurde qu’un tel monstre pouvait vivre dans l’eau, pour eux, un tel dragon se noierait.
Malgré toutes ces questions qui les torturaient, les chasseurs savaient à présent qu’un monstre marin les surveillait. Ce dragon bleu des mers était en effet derrière le navire. Il traquait sa proie, pensant sans doute qu’il y aurait de la nourriture à l’intérieur de la coque. Ou tout simplement par curiosité. En tout cas, Les chasseurs étaient sûrement les mieux placé pour savoir qu’il ne faut jamais sous-estimer un dragon inconnu. Et donc, même si la créature ne semblait pas être capable de monter sur le pont, on ignorait tout de ses propres capacités, c’est pour cela qu’un groupe de chasseur resta à la poupe du galion afin de surveiller le monstre.

Trois heures plus tard, le vent se montra et fit monter la vitesse du navire. Cela soulagea l’équipage. Mais quelque chose semblait intriguer Zalutrix :
« -Zalutrix : Eyh ! La vigie !! »
Il n’y eu aucune réponse :
« -Zalutrix : LA VIGIIIE !!! Hurla-t-il plus fort, mais rien ne lui répondait. BON SANG, FREDY !!!
-Fredy : Ouais ? Qu’y a-t-il ?
-Zalutrix : Bah enfin… Vois-tu quelque chose à l’horizon ?
-Fredy : Bah… La mer !
-Zalutrix : La mer dis-tu ? Regarde encore !
-Fredy : Il n’y a que la mer !
-Zalutrix : Essaye encore !
-Fredy : Je ne vois que la mer !
-Zalutrix : Regarde mieux !
-Fredy : Ah ! Il y a un navire !
-Les autres chasseurs : Pardon ?! Un autre navire ?
-Zalutrix : Eh bien, heureusement que j’ai insisté !
-Savra : Mais oui, là, je le vois !!
-Fredy : Navire à tribord !!
-Detur : Trop tard abruti !!
-Cœur de Dragon : Il se dirige vers nous, il y a beaucoup de monde à bord, et à voir ses couleurs, il s’agit d’un navire de la guilde, et plus précisément un drakkar. On reconnait bien la fleur symbolique de la guilde sur les voiles du drakkar.
-Dragonis : Tu arrives à voir tout ça ? Le navire est plutôt près mais je ne vois pas d’équipage !
-Fredy : C’est la guilde ?!
-Armath : Soit on est foutu, soit on est sauvé ! »
Après avoir dit ses mots, il y eu soudainement un boulet de canon tiré du drakkar qui manqua par chance le galion. Le boulet tombe dans l’eau sous un fracas épouvantable. A cet instant, les chasseurs savaient qu’ils étaient dans une situation délicate. « Les voiles de notre galion sont noire avec des crânes : Les symbole des pirate. C’est pour cela que le drakkar nous tire dessus. » Conclut Cœur de Dragon…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:47

CHAPITRE III :
Le roi des océans

------Mer Levios---Matinée------
Les canons ennemis tirèrent à trois reprises, mais à chaque fois, les tirs furent manqués. Cœur de Dragon et Le Ciel Noir en conclurent que la guilde tentait de les faire peur afin qu’ils ne puissent s’enfuir. Ils n’avaient pas le choix, Pralinas, ayant malheureusement découvert que toute leur poudre fut mouillée, et donc, complètement inutile, avertie ses compagnons que leurs propres canons seront inutilisables durant au moins tout le voyage. Sans arme de siège, les chasseurs n’avaient donc pas d’autres choix que d’attendre que le drakkar de la guilde vienne les aborder. Ce dernier s’avança à vive allure. Les drakkars sont reconnus pour leur rapidité et leur souplesse contrairement aux galions qui sont beaucoup plus grand et gros, et donc plus lent, mais beaucoup mieux défendus. Plus le drakkar approchait, plus les chasseurs virent les membres de l’équipage… Qui étaient plutôt étrangement vêtus pour des sbires de la guilde.
Après quinze minutes d’attente, le drakkar aborda enfin de galion. Et les chasseurs regretteront à jamais de ne pas avoir pu fuir avant l’abordage.
En effet…
Ce drakkar appartient bel et bien à la guilde, mais il est pris de contrôle par le légendaire pirate « Le Maelstrom Eternel » : Le roi des océans !
Dragonis, Savra, Pralinas, Silver et Toby l’ont reconnus ; C’était le drakkar qui leur avait permis de traverser la mer de sable avec le même équipage, avant d’atteindre la chaîne du Dragon Noir. Ces derniers savaient déjà que la suite de leur voyage allait être un véritable enfer avec de tels pirates. Quant aux Chroniques Noires, ils ignoraient totalement qui étaient ces pirates. C’est alors que la conversation débuta :
« -Maelstrom Eternel : Lorsque les temps pleurent, les héros chevauchent vers leur destin dans le but de sauver leur monde. Et bien… L’apocalypse est pour bientôt, notre race est sur le point de disparaître, et voilà que nos héros volent mes biens ! Chers amis, n’ont-ils vraiment que cela à faire ?
-Zalutrix : Je me nomme Zalutrix, meneur de ce navire ! Capitaine, pourquoi nous avoir offensé ?
-Maelstrom Eternel : Salut à vous, noble Zalutrix. J’ai ordonné l’offensive pensant que des brigands auraient volé mon galion sur lequel vous naviguez. Mais en vous voyant, j’en conclus que certains n’ont pas bien compris dans quelle circonstance se situe notre race. Chef, ce galion est mien. Et donc, étant le capitaine de celui-ci, et Roi des Océans, je vous ordonne de me rendre ce qui m’appartient !!
-Dragonis : Mais pourquoi insinuez-vous que notre race est en danger ?
-Zalutrix : Qu’aurons-nous en échange ?
-Maelstrom Eternel : Rien ! Nous ne sommes pas des marchands, voyons !
-Zalutrix : Alors laissez-nous ce drakkar de la guilde, et au fait, comment vous l’avez-vous procuré ?
-Maelstrom Eternel : Je propose autre chose ; Nous vous menons directement à l’ancienne tour sur mon galion.
-Zalutrix : je vous le dit franchement, cela nous arrangerait bien ! Mais comment faire confiance à un pirate tel que vous ? Roi des Océans !!
-Maelstrom Eternel : Tu as raison ! L’on ne peut faire confiance à un pirate. Mais sachez que je connais votre but, je sais beaucoup de chose que vous ignorez. Je pourrais vous être plus utile que vous ne l’imaginez ! De toute façon… Si vous ne parvenez point à sauver l’humanité, cela ne changera rien pour moi et mes hommes, nous trouverons Atlas Millenius !
-Cœur de Dragon : Comment ?! ATLAS MILLENIUS !! »
Cette réaction de Cœur de Dragon fit comme un violent coup de foudre au sein des compagnons de ce dernier. Personne n’avait vu Cœur de Dragon être surprise ainsi. Même celui-ci fut essoufflé par sa propre surprise, et surtout de son dernier mot. Le Roi des Océans jeta un regard intéressé sur la Légende Blanche. De quoi parlaient-ils ? La discussion continua :
« -Maelstrom Eternel : Oh… je vois… Un homme cultivé, enfin !
-Cœur de Dragon : Enfer…
-Dragonis : Atlas Millenius… Mais c’est le nom du portail de l’autre monde ! Il existe vraiment… J’ai moi-même un crâne de dragon en cristal de la légende !! Alors c’est vrai !! La légende est une réalité !!!
-Cœur de Dragon : Dieu…
-Maelstrom Eternel : Et bien… Voilà qui est intéressant ! Deux hommes auraient connaissance du portail légendaire… AH AH AH !!! »
Je pense qu’il est inutile de vous préciser que la confusion était totale au sein des autres chasseurs :
« -Silver : C’est quoi l’histoire ? Votre délire ?!
-Maelstrom Eternel : C’EST AVEC JOIE QUE JE ME PREOCCURE MON GALION. MES ENFANTS, ABORDONS ET COULONS CETTE PAUVRE BARQUE !! »

Sur ces mots, l’équipage aborda en apportant tous leurs biens qu’ils avaient en possession dans le drakkar. Cela fait, des hommes pointèrent les canons du galion vers le drakkar à présent totalement vide. Avec leur propre poudre, ils firent plein feu sur le drakkar qui, sous les coups des boulets, vola en éclat avant de sombrer. Le galion avait à présent un plus gros équipage. Le Maelstrom Eternel y instaura ses lois habituelles :
« -Maelstrom Eternel : Mes Enfant !! L’heure de sauver notre race est peut-être arrivée ! Reprenez sur le champ vos postes habituels. Quant à vous, chasseurs, ne faites rien et taisez-vous, ne dérangez pas mes hommes !! Il est temps de préparer le repas de ce soir… »
Tout à coup, il y eut une secousse. Identique aux autres :
« -Maeltrom Eternel : … Et nous aurons du crocodile bleu à l’apéro !! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:47

CHAPITRE IV :
Chasse dans la mer

« LAGIACRUS !! » Hurla sans cesse Riper, bras droit du capitaine. A cette alerte, tous les pirates s’emparèrent d’armes de chasse qui étaient dans les cales du navire. Les chasseurs étaient complètement perdus… Ils avaient atterrit dans un autre monde. Les pirates courraient dans tous les sens, amplifiant ainsi la confusion au sein des chasseurs. Mais l’un d’eux, Toby, remarqua que le mot « Lagiacrus » était en réalité l’appellation du dragon des mers qui les avait attaqués l’autre fois. Il en informa ses compagnons. Et la remarque se conclu. Le lagiacrus sortit sa tête de l’eau et provoqua l’immense navire en faisant claquer sa terrible mâchoire dans l’eau. Le galion, bien que trop grand pour le Léviathan, ne lui faisait point peur. Le lagiacrus était un dragon courageux qui n’abandonnait que lors des situations critiques. Les chasseurs ignoraient totalement comment ils pourraient chasser un tel monstre sur un navire de cette taille. Tiens ! En parlant de taille… je me demande comment un lagiacrus aurait pu faire bouger ce galion, il n’a pas la force nécessaire pourtant ! Bon ! Ce n’est pas la question ! Revenons à l’attaque !
Les pirates étaient prêts, tous armés jusqu’aux dents. Ils attendaient que leurs camarades lancent un grand filet de pêche afin de piéger le Léviathan. Ces derniers prêts, ils débutèrent la pêche. Le grand filet tomba dans l’eau. Et le lagiacrus ne mit pas longtemps à se prendre dans le piège. En effet, le dragon bleu marin était tellement précipité pour passer à l’attaque qu’il n’eut pas le temps de voir le filet lui tomber dessus. Une fois pris au piège, tous les pirates tirèrent sur le filet, dans le but de ramener le lagiacrus sur le pont afin de l’achever. Mais la tâche ne fut pas simple. Malgré la force de plus de quarante hommes, le filet remontait avec beaucoup de difficulté. Or, ils y parviennent. Le filet était tout près du pont, puis, enfin sur les planches. Le lagiacrus était ainsi sur le navire mais piégé dans le filet. Les pirates ne s’approchèrent guère, au contraire, ils reculaient. Et ils avaient raison, le lagiacrus générait de la foudre qui brûla petit à petit le filet. Les artilleurs pirates firent feu sur le monstre, mais ce dernier avait une cuirasse très dure. Il souffrait sans forcément être blessé. Puis, malgré leur intervention et leur tentative de blesser le lagiacrus, le dragon déchira le filet grâce à ses crocs et griffes. Les chasseurs virent que la situation fut critique. Ils s’armèrent eux aussi, et la chasse pouvait continuer.
Silver fut le premier à passer à l’attaque, armé d’une épée lourde azur en écaille de rathalos (Une des armes étranges.), il n’hésita point à user de son talent de chasseur pour attirer l’attention du monstre afin de faciliter l’offensive de ses camarades. Pour cela, il manqua de peu à planter sa lame dans la patte avant gauche du dragon des mers, ce dernier, ayant vu son nouvel adversaire, le poursuivit. Le plan de Silver fonctionna. Alors, les trois membres de l’Alliance Drak se jetèrent dans l’action. En direction du dragon, les trois amis se séparèrent, mais la séparation fut inutile vu le manque de place du navire. En effet, bien que le galion soit immense, il ne le fut pas assez pour empêcher à cinquante hommes et un dragon de se battre sans bousculade. Mais les pirates savaient quel était leur adversaire, et donc, la plupart étaient déjà descendu dans les cales pour libérer de la place aux chasseurs. Sur le pont, la chasse battait son plein, l’Alliance Drak contre le lagiacrus. Les autres chasseurs étaient restés à l’écart afin de ne pas déranger la chasse à cause du problème de place.
Les quatre jeunes chasseurs parvenaient à prendre le dessus sur le dragon des mers. Le lagiacrus était perdu à cause des mouvements précipités des chasseurs, leurs coups s’enchaînèrent et la colère du lagiacrus montait… Jusqu’à devenir complètement fou. Alors, le monstre des mers fit apparaître de la foudre tout autour de son corps et s’élança dans la mer.
Blessé, énervé et fatigué, le lagiacrus savait qu’il ne pouvait rien faire face à la force combinée des chasseurs. A présent dans l’eau, il fixa d’un regard interrogatif les chasseurs qui eux aussi, le regardaient, mais avec un air méfiant.

Tout à coup, l’animal des mers sentit quelque chose approcher. Il regardait à gauche, à droite, plongea sa tête dans l’eau… Et passa à l’attaque de l’intrus. Les chasseurs et les pirates trouvèrent l’attitude du lagiacrus étrange. Mais ils n’eurent pas le temps de se poser d’avantage de questions, ce qu’ils virent là surpassait les limites de l’imagination.

Dieu… Quel cauchemar !

L’eau de mit tout à coup à bouillir, les cieux se mirent à noircir, des gouttent tombèrent du ciel avant de glisser sur le métal des armures de chasse, la foudre gronda, les vagues s’élevèrent, la lumière chutait… Et le cauchemar prit vie… Il y eu tout à coup du sang là où le lagiacrus avait plongé. Et une immense tête sortit de l’eau avec le cadavre ensanglanté du lagiacrus dans sa gueule. C’était le Fatalis bleu sortant le l’eau, qui prit son envole, négligeant le navire, vers l’horizon.
Les hommes restèrent bouche bée, et le Roi des Océans fit :
« -Mes amis, l’Apocalypse approche. Nous devons nous presser pour atteindre Farock et déposer ces chasseurs à leur juste mission ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:48

Chapitre V :
Un discours inquiétant

Moi aussi, j’ai été terrifié de cette scène. Là où le fatalis bleu a surgit de l’eau, le lagiacrus mort dans sa béante gueule. Si ces deux mystérieux fatalis s’ajoutent au conflit qui devrait suivre, alors ce monde n’échappera point à l’Apocalypse. Tous ces dragons anciens savent que la créature du volcan s’est réveillée et cherche à atteindre la tour. Là où tout a commencé et où tout se conclura… Ce gigantesque monstre libéré du volcan était, il y a cinq siècles, le premier facteur de guerre entre cités, et de haine entre la guilde et la milice. Ce dragon presque invincible, je l’avais enfermé dans le cœur de la Daridé à cette époque, suite aux nombreux sacrifices de tous mes amis. Moi et lui étions là-haut… Puis la foudre divine s’est abattue sur lui et est tombé dans la gueule du volcan. Etant donc seul, et ayant tout perdu par la faute de ce dragon démoniaque, je maudis le monde avant de rejoindre ma proie. Cette malédiction avait pour but de bannir éternellement ce dragon et de punir l’égoïsme humain. Mais… Je n’avais pas contrôlé ma haine, et celle-ci engendra une prophétie apocalyptique. Et ainsi, les dragons maudits par la prophétie, enfantés par la pierre noire créée par la puissance du Teostra Père et de la Lunastra Mère, avaient pour but d’effrayer et de punir les hommes… Mais il eut une exception, ou plutôt, une faille qui mit le monde en danger. Il s’agissait du tigrex noir… Il était le premier enfant de la prophétie, mais mon fils est parvenu à le piéger dans les montagnes glacées du Sud. Non loin du village de Pokke. Le tigrex noir était resté piégé dans la glace sans avoir pu attaquer le moindre village… A la suite de cela, les autres dragons maudits ont bien fait couler le sang à certains villages, avant de mourir au sommet de la tour, là où le fatalis blanc les attendait. Ces assauts n’étaient pas un impact énorme dans le continent, seul les petits villages en avaient été victimes… Or, cinq siècles plus tard, l’imprévu est survenu… Oui mes amis… Il y a huit ans, un violent séisme marin à fait trembler les monts du Sud, la glace se brisa, et le tigrex noir fut libéré… Alors, prit par la vengeance et la folie meurtrière, le tigrex noir, le dragon maudit le plus puissant de tous, s’en pris aux humains, mais il ne s’arrêta point qu’aux villages… Non ! Comme vous le saviez, la titanesque forteresse, le château de Schrade, et Farock, les trois plus grands forts de Dondruma, sont tombés sous la furie du tigrex… la suite, vous la connaissez…

------Mer levios--- Après-midi------
Tous les chasseurs présents sur le navire s’étaient réunis dans la salle du capitaine. Ils avaient des choses à mettre au point, et celles-ci concernaient la prophétie. L’Alliance Drak devait avoir des réponses que les pirates possédaient, mais ces derniers ne livraient pas leurs trésors si facilement :
« -Maelstrom Eternel : Si ce fatalis s’ajoute au conflit, désolé mais il faut l’avouer, vous êtes vraiment dans la merde !
-Savra : Merci de nous rassurer !
-Toby : Capitaine ! Que devons-nous faire ?
-Maelstrom Eternel : Que l’on soit clair, Le tigrex noir n’est plus mort, il a probablement juré de terrifier la race humaine pour l’éternité. A cela s’ajoute les dragons anciens inconnus qui veulent liquider le fatalis blanc histoire de dominer sur le continent. De plus, il y a cette éruption volcanique, le nuage de poussière va sérieusement endommager la verdure du continent pendant un certain, or, selon vous, un monstre gigantesque et sortit de la Daridé, ce qui n’arrange pas les choses ! Sans oublier cette raclure de Danighor qui va profiter de la confusion pour provoquer une guerre, sans aucun doute !
-Silver : Notre roi ? Une guerre ?
-Maelstrom Eternel : Oui mon jeune gars ! Notre roi est un traitre !
-Toby : Et pouvez-vous nous dire comment vous savez tout cela ?
-Maelstrom Eternel : Un pirate ne livre jamais son trésor !
-Toby : Ouais…
-Cœur de Dragon : Plus rien ne m’étonne à présent ! L’Apocalypse est pour bientôt, il nous faut chasser tous ces monstres ! Quand arriverons-nous à Pokke ?
-Maelstrom Eternel : J’ignore quand vous arriverez à Pokke mais je sais que dans à peine quatre jours, vous serez à Gardemine.
-Toby : Pardon ? Gardemine ? N’aviez-vous pas dit que vous nous mènerez à Dondruma ?
-Maelstrom Eternel : Je l’ai dit mais je m’en moque, vous êtes sur mon navire et vos problèmes ne sont pas les miens ! J’ai une armada à rassembler sur les mers du Nord !
-Savra : Une armada ? Mais contre qui ?
-Maelstrom Eternel : Cela te regarde ?
-Dragonis : Mais alors… Nous aurons encore presque tout le continent à traverser !
-Cœur de Dragon : Non. Nous n'aurons que la grande forêt à parcourir avant d’arriver à Pokke. Cela ne nous prendra que 3 jours au grand galop. Donc, dans une semaine, nous serons au village.
-Zalutrix : Et là-bas, nous travaillerons notre plan après avoir trouvé le carnet de Drackus.
-Maelstrom Eternel : L’Apocalypse est dans deux semaines, c’est à vous de régler le bordel. Maintenant, tout est clair ! »

Pendant que les hommes parlaient, Toby invita Savra dans un coin désert, il avait à lui parler, une boule dévorait son estomac, son stress montait. Le jeune chasseur, depuis les évènements à la Daridé, ne se sentait pas bien, il exposa son problème à sa mie :
« -Toby : Savra… Tu sais… C’est moi qui ai tué le Teostra Père !
-Savra : Je sais bien, pourquoi me le rappelles-tu ?
-Toby : Parce que, en principe, je n’étais pas censé le tuer…
-Savra : Explique-toi ! C’est flou.
-Toby : Voilà… »

Croyez-moi, jeunes amis ! Le récit de Toby est assez perturbant.
Comme vous le savez déjà, Toby a tué le teostra d’une façon impossible. En effet, le teostra avait bien esquivé la première flèche de Toby, mais cette dernière fut largement détournée de sa trajectoire afin de se planter dans le crâne du dragon. Phénomène qui dépasse l’entendement. Une flèche détournée sans intervention, sauf divine. Oui, chers amis ! Après la mort du dragon rouge, Cœur de Dragon vînt à Toby et lui dévoila la réalité…
Toby n’a jamais eu de père et de mère, il est, tout comme Cœur de Dragon et Zalutrix, l’enfant de la Prophétie des Trois Frères. Cette légende est souvent contée aux enfants pour les rassurer d’une attaque d’un dragon. Elle dit que lors d’une nuit sans étoiles, trois bébés naquirent au cœur de la Grande Forêt, à l’intérieur du tronc de l’Arbre Millénaire. Ces trois enfants seront destiné à la chasse, mais ont une particularité que seuls eux peuvent avoir : L’immortalité lors de la chasse. Autrement dit, aucune créature qui n’est pas homme ne pourra tuer les trois frères. Ces derniers ont tous une marque distinctive sur leur main gauche, une tache de naissance ressemblant étrangement à un dragon. C’est sûrement grâce à cette tache de naissance que Cœur de Dragon et Zalutrix ont découvert la vérité à propos d’eux.
Ce qui explique pourquoi Toby fut soigné plus rapidement que ces camarades après l’attaque du kirin.
Evidemment, Savra eu beaucoup de difficultés à croire Toby…

La soirée fut tombée, les vents étaient du côté des voyageurs. Le navire avançait effectivement plus rapidement ce soir-là, et bientôt, les Chaînes du Dragon Noir perdirent de leur splendeur, les monts diminuaient de hauteur, et l’on vit plus tard le désert dans la nuit. En pleine nuit, les guerriers entendirent les hurlements d’un dragon dans les montagnes.
Dans une des cabines du galion, deux hommes discutaient, il s’agissait de Cœur de Dragon et de Ciel Noir, le discours était sec, mais étrange :
« -Ciel Noir : J’ai mal au cœur quand je les vois… Parfois, à certains moments, j’ai envie de retirer mon casque et de leur dire « C’est moi, on vous a mentit… ».
-Cœur de Dragon : Je te l’ai déjà dit, je t’ai sauvé mais tu n’es pas obligé de suivre ma voie !
-Ciel Noir : Que dois-je faire alors ?
-Cœur de Dragon : Attendre que tout soit terminé ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:48

Chapitre VI :
Le choc des deux mondes

------Mer Levios---Quatre jours après l’éruption de la Daridé------
Quatre jours se sont écoulés depuis les évènements des Chaînes du Dragon Noir. Ce jour-là, les aventuriers contemplèrent la mer de sable qui se présentait à leur gauche. Les Chaînes du Dragon Noir étaient à présent loin, ne formant qu’une longue trainée noire à l’horizon qu’ils abandonnaient. Les voiles du galion étaient gonflés par de puissants vents venant de l’Est, ce qui accélérait bien le voyage. Longeant toujours le continent, le navire était à présent tout au Nord du monde connu, à la limite de l’inconnu. Dans deux jours, les hommes marcheront de nouveau sur terre, selon le capitaine. Or, on vit toujours le nuage noir menaçant, prenant toujours autant d’ampleur, suite à l’éruption du gigantesque volcan. Cet immense nuage noir de cendre ce dirigeait tout droit vers le cœur du continent et pouvait devenir une véritable menace pour l’écologie.
Mais bien entendu, ce ne fut pas le pire à se préparer.
Oui, l’apocalypse est dans moins d’une semaine. Personne ne peut prédire ce qui se déroulera lors de ce cataclysme.

C’était l’après-midi, certains chasseurs regardaient la mer ou la terre, d’autres pirates se reposaient dans leurs bivouacs. Jusqu’à cet appel :
« -Vigie : Navire !! Navire à tribord !!
-Maelstrom Eternel : Navire de pêche ?
-Vigie : Non, c’est un navire de guerre ! Il n’est pas plus gros que le nôtre mais semble être plutôt bien armé !
-Maelstrom Eternel : Quel étendard ?
-Vigie : Il ressemble étrangement à celui de la guilde, mais sur des voiles rouges !
-Savra : Des voiles rouges ?! Répéta Savra.
-Maelstrom Eternel : Durant toute ma vie, je n’ai jamais vu de navire avec des voiles rouges. Accostons-les ! »
Sous cet ordre du capitaine, ses hommes se jetèrent dans l’action. Les uns allaient chercher leurs armes quant aux autres, ils débutèrent les préparatifs du futur abordage. A leur habitude, les chasseurs restaient au milieu du pont à regarder les pirates courir dans tous les sens. Ils se sentaient seul, comme à chaque fois. La vigie fit remarquer que le navire aux voiles rouges s’approchait du galion. Le capitaine ordonna l’armement des canons et de guider le navire de façon à qu’il se retrouve longeant le navire intrus. Il n’a fallu que 15 minutes pour effectuer la main-œuvre. Puis, au bout d’une bonne demi-heure, les pirates furent prêts à aborder.
Des hommes du navire aux voiles rouges se présentèrent. Il y avait trois chasseurs qui portaient chacun une armure inconnue, et ne parlons pas de leurs armes. Deux autres hommes étaient avec eux, ils semblaient être les miliciens. Le chasseur le plus grand des trois baissa la tête dès qu’il vit le Maelstrom Eternel. Ce dernier ricana :
« -Maelstrom Eternel : Qui êtes-vous ? Etrangers !
-Nous vous salions, pirates ! Nous ne venons pas en ennemi. Je me nomme Xzelkur, et voici mon compagnon Akoryx ainsi que notre ami Koiko. Les deux autres hommes sont des soldats de notre ville pour la défense du navire en cas d’attaque. Nous désirons vous poser quelques questions !
-Maelstrom Eternel : Jeune gars ! Tu as bien changé, mais l’appel de la mer est plus fort, n’est-ce pas ? Bon, que veux-tu savoir Xzelkur ?
-Xzelkur : Y a-t-il un continent au Sud ?
-Maelstrom Eternel : Oui !
-Xzelkur : Avez-vous croisé un navire avant le nôtre ?
-Maelstrom Eternel : Non !
-Xzelkur : Pouvez-vous nous parler de votre monde ?
-Maelstrom Eternel : Notre monde est sur le point de succomber à une future apocalypse enfantée par une prophétie centenaire.
-Xzelkur : Cette prophétie peut-elle frapper d’autres mondes ?
-Maelstrom Eternel : Absolument !
-Xzelkur : Les maudits sont-ils humain ?
-Maelstrom Eternel : Non, créature !
-Cœur de Dragon : Que ces questions cessent ! Etrangers ! Venez-vous d’un autre monde ? Y a-t-il une terre au Nord ?
-Xzelkur : L’homme qui vous accompagne ne vous l’a pas dit ?
-Maelstrom Eternel : Ecoute jeune chasseur, seuls moi et mes hommes savions qu’il y a ce continent au Nord !
-Savra : C’est de là que vous venez ?
-Akoryx : Je crois que quelques explications s’imposent ! Je suis originaire du village de Yukumo, Xzelkur est de Moga, Koiko de la capitale Loc Lac et les autres hommes sont des mercenaires. Nous venons tous du Nord. Nous sommes à la recherche d’un navire volé qui est partit vers le Sud. Xzelkur, Koiko et moi-même avons repris le titre d’Alliance Drak…
-Alliance Drak : PARDON ?! Hurlèrent Savra, Toby et Dragonis.
-Maelstrom Eternel : OH OH OH !! Intéressant !
-Savra : Non mais alors là c’est l’hallucination totale… D’où vous sortez ce titre ? L’Alliance Drak, c’est nous ! Ne me faites pas croire que cette histoire de malédiction à propos de ce titre s’est répandue dans tous les mondes ?
-Xzelkur : Je… Comment dire… Pardonnez-nous ma demoiselle mais… Nous avons pris ce titre d’après les contes d’un pirate, sous le pseudonyme de « Maelstrom Eternel », qui sont connus reconnus dans notre culture… Etes-vous la véritable Alliance Drak ? Si cela est vrai, pouvons-nous nous joindre à vous ?
-Cœur de Dragon : Perte de temps !!
-Maelstrom Eternel : Certes… LES VOILES !! Ordonna-t-il.
-Toby : Attendez !
-Maelstrom Eternel : Désolé mon jeune ami ! Xzelkur, ancien capitaine de la redoutable « IRAE XZELKURA », vous n’êtes plus des mers, mais un conseil, attendez le temps que notre monde hurle. Après, vous pourrez le visiter ! »

Tout s’est passé très vite. Les chasseurs n’eurent pas le temps de comprendre que leur galion s’éloignait déjà du navire aux voiles rouges. Malgré leurs innombrables questions, il n’eurent point de réponses. Cœur de Dragon leur fit remarquer que cela n’était pas important d’en savoir plus à propos de ces histoires. Les pirates autour d’eux chantaient. Après cela, les chasseurs savaient qu’ils devaient trouver leurs réponses eux-mêmes.

Oui, il n’est pas nécessaire d’en savoir plus, cela est inutile. Le plus important en ces temps est de trouver le livre rouge d’Armalos caché dans la cité antique de Mondias, perdue il y a des millénaires…

A présent, les vents divins de l’Est les guident tout droit vers Dondruma, là où l’avenir du monde sera jugé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:49

Chapitre VI :
Feu et foudre

------Mer Levios Nord------
« A l’abordage !! » Hurla le capitaine du navire. Leurs assaillants étaient puissants, il s’agissait du terrible équipage de Lance Noir, l’un des pirates les plus redoutés. Lance Noir avait sûrement sentit que la fin du monde était proche à cause des nombreux dragons anciens qui assiégeaient le continent tout entier. C’est tard ce matin qu’il a décidé d’en finir avec son éternel rival : Le Maelstrom Eternel. Ce dernier était connu comme le Roi des Océans, il ne connaissait point la peur. Il faisait encore nuit et déjà, les canons crachèrent leurs flammes. Les chasseurs étaient restés dans les cales discutant d’un plan d’action contre la bête de Lance Noir. Oui ! Lance Noir avait élevé un lagiacrus terriblement puissant. Le léviathan était recouvert de cicatrices et était plus grand que ses semblables. Il dévorait les malheureux tombés dans l’eau.
Les chasseurs savaient qu’ils ne devaient pas rester dans les cales au risque de se faire toucher par un canon ennemi. Zalutrix avait trouvé des herbes d’air qui, selon le capitaine, permettaient de respirer dans l’eau. Pour les chasseurs, cela semblait impossible de pouvoir respirer dans l’eau. Mais le capitaine semblait formel : « Vous voulez vous rendre utile ? Prenez les herbes d’air dans les cales, et tuez-moi ce lagiacrus ! » Leur avait-il ordonné. Ainsi, Zalutrix désigna Ciel Noir, Savra, Dragonis et Silver comme première équipe de chasse. Ces derniers s’exécutèrent. La chasse aquatique pouvait enfin commencer.
Les quatre étaient sur le pont, autour d’eux, la bataille faisait rage. Ils n’hésitèrent pas à plonger dans l’eau. C’est dans la mer que le danger fut grand. En effet, le lagiacrus était un très grand nageur, contrairement aux chasseurs.
Sur la gauche de Savra, l’immense leviathan s’approcha doucement. Savra dégaina son marteau, d’où sa tête était menée par une lourde enclume mais s’avérait aussi légère qu’une plume, telle était la magie du génie des forgerons de Dondruma.
Le lagiacrus attaque Savra d’un coup de morsure agile que celle-ci parvint à esquiver. Dragonis pressa sa nage vers sa proie, il dégaina sa lame mais le lagiacrus se retourna brusquement et un violent courant projeta le chasseur. Derrière Dragonis, Ciel Noir enchaîna un coup d’épée qui vînt percuter les solides cornes du dragon des mers. La cible, d’un puissant mouvement de queue, recula. Savra profita du recul du monstre pour lancer une bombe flash. Par chance, le flash jaillit dans les eaux. Ce qui éblouit non seulement le lagiacrus, mais surprend aussi l’équipage de Lance Noir qui ne s’attendait pas à ce que leur lagiacrus fut ciblé par un groupe de chasseur. Malheureusement, pour Lance Noir, il lui était interdit d’envoyer des hommes tuer ces chasseurs, tout simplement parce qu’il en avait besoin pour en finir avec le Maelstrom Eternel. Sur le pont, la bataille était spectaculaire. Les hommes se battaient avec grand talent. Les deux capitaines étaient eux aussi en duel depuis l’abordage. Lance Noir était blessé, contrairement à son adversaire. Il savait que ce duel allait changer sa vie : La mort, ou le titre de Roi des océans. Les canons hurlaient, des milliers de morceaux de bois provenant des navires volèrent partout. Ce fut un vrai carnage.
Dans les eaux, le sang coulait. Le lagiacrus avait réussie à attraper dans sa gueule le malheureux Silver. Celui-ci n’était pas doué pour nager et s’est rapidement fait rattraper par le leviathan. Le lagiacrus n’avait pas été affecté par le flash et en avait profité pour attaquer. Le pauvre chasseur se débattait dans la gueule du dragon marin, mais ce dernier renforça son étreinte. Dragonis, fou de rage, fonça sur sa proie et parvînt à planter son katana dans l’omoplate droite du monstre qui hurla de douleur lâchant ainsi sa victime. Silver se laissait couler, il était paralysé, le lagiacrus lui avait broyé les os, son sang coulait énormément. Savra et Ciel Noir offensèrent. Marteau et épée frappèrent leur cible. La mer était rouge de sang. Les chasseurs se perdaient dans l’épais brouillard rouge. Dragonis avait perdu Silver. Le sang autour de lui était si intense qu’il ne vit rien. Puis, une main l’empoigna et le guida vers la droite. C’était Ciel Noir. Il le sortit du nuage de sang. Enfin, le lagiacrus leur fit face. Dragonis était fou, il avait perdu toute trace de son ami. Le lagiacrus était bien blessé, Ciel noir lui avait infligé une immense blessure sur son omoplate. Le dragon marin avait les yeux rouges de colère. Sa rage avait atteint son sommet. De la foudre émanait de ses plaques dorsales. Signe d’alerte. Tout à coup, il bruit de gong brutal et assourdissant se propagea sur terre et ciel, paralysant ainsi tout combat. Puis il eut un long silence. Le lagiacrus resta sur ses gardes. Sur le pont, les hommes cessèrent de se battre. Il y eut un second bruit plus brutal.
C’était un homme du Maelstrom Eternel qui sonna frappa sur l’imposant gong du navire. Maelstrom Eternel sourit, Lance Noir le maudit, et le lagiacrus fuit.
C’est alors que l’aube se leva, une aube rouge…
Sous les pieds des chasseurs, un long hurlement se fit entendre. Un gigantesque animal nageait sous eux. Il était presque aussi grand qu’un Lao Shan Lung. L’immense monstre marin s’avança vers la surface, ignorant complètement les trois chasseurs. A la surface, il fit jaillir son imposant corps hors de l’eau avant de se laisser tomber dans les eaux.
« CAEDEUS !!! » hurla d’effroi un pirate de Lance Noir. Les autres hommes du même équipage étaient affolés. Ils fuirent le navire ennemi pour aborder le leur. Lance Noir était fou de rage. Son équipage avait fuis, et il s’était fait capturé par son ennemi.
« Epargne mes hommes ! Maelstrom !! Rappelle ton démon ! » Lui ordonna-t-il. Mais le capitaine vainqueur se contenta d’admirer le spectacle en lui répondant : « Tes hommes ont-ils épargnés les miens tombés ? ».
D’un violent coup de sa titanesque corne, le caedeus pulvérisa la proue du navire ennemi. Puis, il fit retomber sa gigantesque queue sur le navire, le coupant en deux. Les deux extrémités du navire rejoignirent, petit à petit, le corps de Silver, au fond des océans.

C’est ainsi que le célèbre Lance Noir perdit tout son équipage et son célèbre navire. Un grand nom de la piraterie avait coulé. Lance Noir fut jeté à la mer malgré les interventions des chasseurs. Telle fut la loi de la piraterie. L’échec est la mort. Tout comme la chasse.

En fin de journée, les chasseurs ne se posèrent plus de questions à propos de l’étrange Maelstrom Eternel. Cela ne servait plus à rien. Ils avaient déjà vu beaucoup trop de choses…

La nuit tombée, leurs pieds foulaient à nouveau le continent…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:49

Chapitre VII :
En route vers Kokoto

------Mer Levios---Nord------
Le Maelstrom Eternel était clair : « Lorsque les obscurités dévoreront les cieux, vos pieds fouleront de nouveau la terre ! ». C’était donc leur dernière journée sur le navire en compagnie de l’homme le plus redoutable des mers, le Roi des Océans. Zalutrix était réjouie, lui et les autres chasseurs étaient arrivés à destination plus rapidement que prévue. Il faut croire que les dieux étaient avec eux, ces vents puissants venant du Sud les ont énormément aidés pour la traversée. Il n’y eu qu’un disparu, Silver. Dragonis était attristé, mais son cœur de pierre lui permettait de surmonter ce genre d’épreuve et de ne jamais baisser les bras. Cela faisait plus de deux jours qu’ils ne virent plus les Chaînes du Dragon Noir. Ce n’était qu’un vieux souvenir… Du moins, pour l’instant !

------Continent------
Sur le continent, le chaos s’étendait grandement. Trois villes avaient déjà succombés à la puissance de la créature du volcan. La folie gagnait petit à petit les grands esprits qui voyaient déjà la fin du monde. Quant aux peuples, c’est la peur qui les guettait. Trop de rumeurs circulaient. Danighor affirmait que ces assauts étaient contrôlé, que ce genre de situation était rare, il remettait en cause la guilde, comme si elle ne faisait rien pour le bien des deux pays. Gardemine était plus affecté par la violence. Seule la grande capitale Laprinas avait gardé toute sa puissance. Les soldats et chasseurs allaient et venaient entre les murs de la gigantesque cité, ce qui alimenta l’inquiétude des habitants.
Néanmoins, dans l’ombre de tous ces évènements, Danighor mit son plan à exécution : Déclencher une guerre. Cet homme abominable avait réussie à créer la confusion entre Gardemine et Dondruma, les deux sœurs ne se comprennent plus. Le roi, Danighor, a salit l’honneur des deux pays, la guerre fut inévitable. J’ignore comment il s’y est pris, mais ce qui est sûr, c’est que Laprinas et Farock rassemblent leurs armées, prêtes à combattre !
C’est déjà l’apocalypse… Et tout ça, à cause de moi et de Danighor…

Ce gigantesque dragon sortit de la gueule de la Daridé est le plus puissant de tous… Comme je l’ai déjà dit, c’est à cause de lui que j’ai maudit le monde ! Son nom… Son nom… je n’ose même plus le dire… Il me terrifie tant…

------Mer Levios---Nord------
La nuit tombait, Savra et Toby se serraient dans les bras, leur amour était fort, Cœur de Dragon les regardaient d’un air mort, sans expression. Lui, ce héros noir de cette histoire, était amoureux de Phanalys, tout comme elle qui l’aimait. Mais Cœur de Dragon l’avait rejeté, il était étrange et ne parlait absolument à personne. Lors de l’offensive de Lance Noir, il avait participé à la bataille, ayant emprunté un sabre à l’un des pirates, il avait été l’un de ceux qui avait tué le plus d’hommes. Quel mystérieux passé renferme-t-il donc ? Quel est son but dans cette histoire ? Je ne peux malheureusement y répondre…
Pralinas aussi avait été tué lors de la bataille contre Lance Noir. Je me disais bien qu’il manquait quelqu’un… Ce dernier avait été jeté à la mer par Lance Noir lui-même avant d’être défait par le Maelstrom Eternel… Les chasseurs restèrent silencieux lors de la fin du voyage, si pressés que toute cette folie soit terminée…

La nuit tombé, le galion releva enfin ses voiles. L’ancre fut jetée. Les chasseurs étaient enfin sur terre. Il n’y eu pas d’adieu envers les pirates. Le Maelstrom Eternel leur avait tout de même laissé un dernier mot : « La véritable aventure ne se terminera jamais, ce sera toujours le début, nous nous reverrons ! Faites votre boulot, nous avons aussi le nôtre ! Un monde ne peut mourir tant qu’il y aura au moins les deux astres ! ». Le Roi des Océans avait raison, l’apocalypse ne frappe jamais qu’une fois… Comme je le dis toujours !

-Zalutrix : Bon ! Nous sommes tout au Nord de Gardemine, nous n’aurons que les marais à traverser demain et nous serons à Kokoto !
-Dragonis : On est enfin sur le continent et il faut que l’on aille encore se mouiller ?
-Zalutrix : On ne va pas perdre de temps à contourner les marais, ce ne sera qu’une mauvaise journée à passer !
-Toby : Sauf qu’on vient de passer un mauvais mois !
-Armath : Et ce n’est pas encore fini !
-Savra : Loin de là !
-Dragonis : Merci pour votre encouragement, cela me fait chaud au cœur…
-Cœur de Dragon : Dans une semaine, le monde sera jugé.
-Dragonis : Et voilà l’autre qui ne parle d’habitude jamais, il faut qu’il enfonce le clou ! Mais bordel, vivement que ça se termine !
-Atiss : Avons-nous des chances de nous en tirer ?
-Cœur de Dragon : Les rêves ne sont qu’illusion !
-Atiss : J’en déduis que cela veut dire non !
-Vaselru : Chef ! Si nous trouvons le carnet de Drackus, croyez-vous que nous réussirons à détruire la prophétie ?
-Fredy : Abruti, tu n’as pas encore compris, nous devons trouver le carnet uniquement pour réveiller le pouvoir antique des armes afin de tuer définitivement Danighor !
-Zalutrix : Euh… Fredy ! Peux-tu me dire d’où tu sors toutes ces conneries ?
-Orbemir : Crétin ! Le fils de Drackus a son carnet de chasse qui détient des informations sur la prophétie ! C’est pour cela qu’il nous le faut !
-Savra : Fouiller la tombe de Maximus… J’en suis malade…
-Ciel Noir : Je comprends votre douleur…
-Savra : Toi aussi, tu as perdu un ami ?
-Ciel Noir : On peut dire ça…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:50

Chapitre VIII :
Le silence des marais


------Marais du Nord---Gardemine------

Il les observait. Ils étaient nombreux, très nombreux. Mais ils étaient sur son territoire. Il décida alors de les guetter jusqu’à ce qu’il puisse les piéger. Savaient-ils qu’ils étaient surveillés ? Sans doute. Ce sont des experts, ils savent très bien où ils se trouvent. Mais son adrénaline lui montait au cerveau, il voulait à tout prix se battre.



Le chameleos, grâce à son camouflage hors du commun le rendant invisible, s’approcha à petit pas du groupe de chasseur. Il attendait le bon moment. Il les suivait, évitant de briser la moindre branche. Il s’approcha encore un peu. Encore un peu plus.



« Chasseurs ! Chassons !! » Hurla Zalutrix.



A cet instant, tous les chasseurs se retournèrent, armes dégainées, et s’élancèrent sur leur cible qui, perturbé par cet effet de surprise, fit tomber son camouflage. Par chance, le chameleos parvint à esquiver de justesse malgré les premiers puissants coups de marteau et de dagues.

D’un puissant mouvement d’aile, il s’éloigna assez des chasseurs pour éviter de nouvelles blessures. Stratégiquement, les chasseurs se séparèrent de tous les côtés déstabilisant ainsi le dragon ancien qui fut rapidement encerclé. Ce dernier, ayant vu que ses adversaires étaient bien plus malin que lui, déploya ses ailes dans l’espoir de s’envoler. Mais malheureusement pour lui, une terrifiante déflagration lui brûla ses ailes. Toby avait bien assuré, il maniait la fusarbalète mieux que quiconque, surtout quand il s’agissait d’une des armes trouvées dans le manoir de Dragonis. Il s’agissait d’une fusarbalète créée avec des composants de gravios pourpre permettant une puissance de feu multiplié par rapport aux autres fusarbalètes du même type. Le chameleos avait ses ailes déchirées sous la puissance des flammes. Voler lui était impossible. Paralysé par la douleur, les autres chasseurs profitèrent de l’occasion pour achever le dragon ancien. Encerclé par des murs d’armes antiques, le dragon ancien n’avait aucune chance de s’en sortir. Telle fut la véritable puissance de ses armes mystérieuses.



-Dragonis : Alors ça… Je suis époustouflé !

-Toby : Putain l’état des armes…

-Zalutrix : C’est vrai que sur le coup, ça surprend !

-Cœur de Dragon : Ces armes ont été forgées avec des pierres noires de la prophétie il y a plus de vingt ans. Nous avons la clé pour éradiquer ces monstres maudits et empêcher l’apocalypse !

-Zalutrix : Mais ces armes ne vous pas permettre pour autant d’éteindre définitivement la prophétie. C’est vrai qu’elles ont un pouvoir dévastateur contre les monstres, mais pas contre les prophéties !

-Dragonis : Si je comprends bien, on va pouvoir tuer l’ukanlos noir, le kirin émeraude, le tigrex noir et la créature du volcan ?

-Cœur de Dragon : Je ne pense pas pour la créature du volcan !

-Atiss : Mais quelle est donc ce gigantesque dragon ?

-Zalutrix : Si seulement on le savait !



Les autres chasseurs des Chroniques Noires attendaient ces cinq personnages qui les rejoignirent très rapidement. La marche pouvait ainsi continuer à travers le silence des marais.



Les nuisibles s’intensifiaient au fur et à mesure que la compagnie s’avançait. Les ronces s’agrippaient aux armures, les grandes feuilles cachaient certains pièges naturels. Les ruisseaux gouvernaient les lieux n’hésitant pas à refroidir les pieds de nos héros. Les chants des oiseaux n’existaient pas ici, seule la danse des feuilles et des branches avaient droit à se faire entendre. L’atmosphère était pesante. Malgré l’humidité omniprésente, il faisait très lourd. Les gouttes d’eau se baladaient sur les armures lisses des chasseurs à l’affut du moindre bruit suspect. Le soleil avait de nombreuses difficultés à couper les arbres. Le feuillage était si intense que le ciel fut étranger. On se croirait presque au cœur d’une jungle. Mais ces marais sont autant plus peuplés par la végétation que la grande forêt qui symbole le cœur de continent. Bref, il lieu où l’on meurt…



Mais tout à coup, Cœur de Dragon ordonna de stopper la marche. Il avait sentis une présence. Une présence très inquiétante. « Ce n’est plus un simple chameleos, cette aura est plus meurtrière… » Avait-il dit. Après un long silence, il s’avança lentement vers le lieu suspect…



Cœur de Dragon était seul, ses compagnons étaient loin derrière. En face de lui se dressait un gigantesque chêne centenaire. La présence était derrière ce chêne, il en était persuadé. C’est alors qu’il y jeta un œil. Et là, ce fut l’effroi.



Le tigrex noir dévorait une rathian complètement ensanglantée. Le monstre n’avait pas sentis la présence du chasseur du fait que ses naseaux étaient plein de sang, ce qui lui empêchait de bien sentir la moindre âme. Cœur de Dragon était paralysé par l’hésitation. Devait-il le tuer à présent puisqu’il en a la possibilité ? Lui seul, grâce à sa malédiction des Trois Frères, pouvait bien tuer le tigrex noir. Mais étrangement, il résista à la tentation. Le tigrex noir se retira après une dernière bouchée.



Lorsque Cœur de Dragon revînt à ses camarades, ceux-ci lui demandaient ce qu’il avait vu. Il répondit : « Rien ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:51

CHAPITRE IX :
La fin du voyage


Comme le titre de ce chapitre l’annonce, nos héros sont bien arrivés à Kokoto ce matin même. Les Chroniques Noires et l’Alliance Drack furent si soulagé de revoir enfin la civilisation, bien que ce soit un petit village. Or, La présence des Chroniques Noires devaient avant tout rester secrète, ils devaient tous se créer une fausse identité. En ce qui concerne les membres de l’Alliance Drack, Savra, Toby et Dragonis n’avaient pas de soucis à se faire. Ils furent très bien accueillis par le chef du village qui leur réserva une chambre à l’auberge. Les Chroniques Noires devaient se contenter de dormir à la belle étoile… le chef avait expliqué à l’Alliance Drack qu’il avait reçu une lettre de Pokke qui demandait à bien les accueillir s’ils arrivaient à Kokoto… Pokke ! Cela rappela tant de souvenirs à Toby, Savra et Dragonis… Il y a plus de cinq mois, ils étaient avec Maximus à chasser la rathian dans les forêts et collines, puis en temps même, trouver la planque des Pattes Noires… Le début de toutes leurs galères !



------Kokoto---Nuit------

Jin avait très faim. Les charcuteries mélangées au rhum des pirates en plus du pain sec de la fin de voyage avaient torturés son estomac. Et donc, voir en face de lui un buffet offert par le village le rendait forcément fou de joie. Ne cherchant pas à comprendre, il s’empiffra. C’est alors que Zalutrix ouvrit le dialogue à tous les autres chasseurs :



-Zalutrix : Bien… Nous voilà enfin à Kokoto ! Notre mission peut enfin tendre vers son point le plus délicat. C’est-à-dire fouiller la tombe de Maximus, étant donné que ce dernier a hérité du carnet de son père qui détiendrait le moyen d’éteindre la prophétie à tout jamais… Selon nos ressources !

-Dragonis : Hein ? Quelles ressources ? D’où savez-vous tout ça ?

-Savra : C’est vrai, d’où sortent ces informations ?

-Zalutrix : Bon… Autant vous le dévoiler ! Il existe une bible qui s’intitule « Bible des Chroniques Noires ». Elle a été écrite il y a plus de vingt ans avant la création de notre organisation. Cette bible est le rassemblement des témoignages des chasseurs qui sont et qui ont été membres de l’organisation. En gros, toute l’histoire des Chroniques Noires y est inscrite. Tous les chasseurs ont écrit sur ce livre des évènements de certains jours, des lettres pour certaines personnes, des témoignages à propos de certaines choses, et surtout, les messages de Drackus.

-Toby : Décidément, le père de Maximus cachait bien son jeu. Mais que disent ces messages ?

-Zalutrix : En réalité, il n’y a qu’un seul message, mais détenteur de plusieurs précisions à propos de lui, de son passé, de la prophétie, et du tigrex noir. Malheureusement, il ne dit rien à propos de la façon de détruire cette malédiction mais il explique où se situent les clés capables de parvenir à nos fins. A croire qu’il cachait la vérité sur la prophétie même aux membres des Chroniques Noires de l’époque.

-Dragonis : Flippant !

-Savra : Au fait Zalutrix ! Comment es-tu arrivé à la tête du groupe ?

-Zalutrix : C’était il y a huit ans ! A cette époque, je n’étais qu’un chasseur débutant, mais un grand rêveur. J’aime tant mon monde si fabuleux… Je l’ai toujours aimé… Défendre les miens contre les dragons était pour moi, primordial. Mais surtout, la chasse me permettait de voir la beauté du monde d’une autre façon ! J’étais si heureux de vivre, je le suis toujours d’ailleurs ! Mais tout a basculé lors de l’apparition du tigrex noir ! Inutile de vous faire un dessin. Nous avons tous subit les mêmes horreurs ! Après ces lourds évènements, j’ai fait la rencontre de Zalt, ancien leader des Chroniques Noires. En ces temps d’apocalypse sous le règne de terreur du tigrex noir, mon nom était Urix. Je me suis lié d’amitié avec Zalt, et ensemble, nous nous sommes retrouvés sur le front, à la forteresse, contre le dragon maudit… Ce fut la pire chasse de toute ma vie ! J’ai, à cette occasion, vu Drackus. Mais sans plus ! Je n’avais que 17 ans à cette triste époque… Après cette bataille qui fut de peu une victoire, Zalt a fait de moi membre de l’organisation. Puis plus tard, ce dernier avait disparu, et j’ai été élu chef des Chroniques Noires !

-Savra : Euh… D’accord !

-Dragonis : C’est tout ?

-Zalutrix : Pourquoi ?

-Dragonis : Non rien… Je m’attendais à une belle histoire un peu plus épique….



Puis le repas continua ainsi. Tous profitaient des mets délicieux proposés par le village. Dans le néant auquel je me trouve, je peux les voir dans mes pensées. Mon âme songeant me témoigne chaque fait. Les ténèbres sont moi, je suis le mal, celui qui a maudit le monde. Mais ça, vous le savez ! Les chasseurs s’amusaient, discutaient, riaient. Quelle belle soirée ! Moi aussi, j’ai vécu de pareils moments, il y a plus de cinq siècles.

Mais tout s’écroula lorsqu’il se fit très tard. Là, les chasseurs savaient qu’ils avaient une mission de haute importance. Le buffet à présent inexistant, ils s’étaient tous réunis dans les écuries afin de mettre à l’œuvre leur plan. Armath, Fredy et Jin avaient été élu pour fouiller la tombe afin de se procurer le carnet de Maximus détenant les clés capables de tuer la prophétie pour toujours. Ils acceptèrent, et la mission pouvait enfin commencer.



------Cimetière de Kokoto---Tard la nuit------

Ce fut une nuit recouvert par une pluie d’étoiles filantes. Si majestueuse que les trois chasseurs ne pouvaient s’empêcher de contempler de ciel nocturne aussi lumineux que le jour. Mère Lune leur souriait. Toujours aussi glaciale et solitaire. Au loin, on entendit l’appel d’un wyvern qui devait sans doute cherchait un de ses comparses. Oui, ce fut une nuit extraordinaire pour déterrer un corps. Peut-on voir là une autre œuvre de la malédiction de la lignée de Maximus ? Je veux dire, Dieu jouirait-il de voir cette famille être salit ? Sans repos ? Je l’ignore. Ce qui est sûr, c’est que le regretté Maximus n’a rien réclamé mais est devenu victime de ma colère… Triste vie ! Mais je ne regrette pas d’avoir maudit cette famille et cette race humaine. Suis-je cruel ? Peut-être, ou peut-être pas…



Jin creusait le cœur saignant, Armath ne pouvait s’empêcher de jurer, quant à Fredy, il préférait rester à l’écart, faisant le guet. Le cercueil se présentait enfin à eux. Armath et Jin ne l’ouvrirent point tout de suite, ils priaient pour le pardon de l’âme perdue du défunt. Puis ils s’exécutèrent. Le cadavre était bien là…



------Kokoto---Stèle du Héros de Kokoto------

Le reste du groupe attendait les trois hommes. Après une longue heure d’attente. Ils se présentèrent et firent leur rapport :



-Zalt : Alors ?

-Jin : On est foutu… C’est pas Maximus !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:52

CHAPITRE X :
Le dernier espoir perdu


« C’était notre dernier espoir… Le carnet de Drackus est donc définitivement perdu ! Mes amis ! Il est temps d’obéir à la règle interdite de notre bible. Moi seul ai hérité de cette règle. Dès que j’ai intégré les Chroniques Noires, Zalt m’a confié cette règle qui ne devait en aucun cas être connue par vous ! Il me l’a confié la veille de sa disparition... Il y a plus de trente ans, Zalt était le dernier Roi des Chasseurs avant de devenir chef de l’organisation. Je savais que tôt ou tard j’étais destiné à hériter de sa place. Je vous le dit franchement, j’ignore ce que l’avenir nous réserve ! Mais ce qui est sûr, c’est que nous avons échoué notre quête ! Etre chasseur ne signifie pas être bon… Oui mes amis ! Moi, Zalutrix, chef des Chroniques Noires, se retrouve dans l’obligeance de répondre à la règle interdite dictée par les fondateurs de l’alliance. Nous vivons dans un monde au bord du Chaos, la semaine prochaine, comme les pirates n’ont cessés de le dire, l’Apocalypse frappera notre monde ! Notre échec est lourd et nous n’avons plus le temps de chercher des réponses à certains mystères. Et ainsi, comme l’indique la règle interdite, « En cas d’échec à l’aube de l’apocalypse, l’alliance ne sera plus, et sa tête devra affronter le mal par lui-même. »… En clair, il est donc temps d’éteindre les Chroniques Noires. Notre organisation n’existe plus à partir d’ici, à cet instant ! Cette scission est notre punition. Et c’est ainsi que je vous fais part de mon dernier ordre avant de nous quitter… Cachez-vous, ne cherchez pas à affronter le mal, cela sera inutile. Après le jugement du monde, créez-vous votre propre voie et avancez vers votre destin ! Mon devoir est d’aller avec l’Alliance Drak au sommet de l’ancienne tour afin de tenter d’en finir une bonne fois pour toute avec cette malédiction! Mes amis, nous n’avons pas à pleurer sur notre sort, cela ne sera que honte ! Nous devons assumer notre échec, nous avons salit notre honneur en tant que chasseur ! C’est une quête échouée qui causera la perte de milliers d’innocents… Sur ce, il est temps de nous dire une dernière fois… Au revoir … »



Tels furent les derniers de Zalutrix avant que les membres des Chroniques Noires ne le quittèrent. Et oui, jeunes gens… C’est la fin des Chroniques Noires. Je ne sais pas si je dois être heureux ou triste de tous ces évènements. Les enfants de ma prophétie font trembler la terre sur tout le continent, les Chroniques Noires sont dissoute, l’Alliance Drak reste abasourdie par les mots effrayants des Chroniques Noires. La scission de l’organisation, la disparition inattendue de Maximus… J’avoue que moi-même, je ne peux trouver de réponses à ces questions !



------Kokoto---Lendemain matin---Hall de rassemblement------

Les membres de l’Alliance Drak, Cœur de Dragon, Zalutrix et Atiss étaient tous réunis à la même table. Les autres chasseurs étaient partis depuis l’aube. Malgré les discours incessants des autres chasseurs qui s’amusaient, débattaient, riaient, hurlaient, sans se soucier de la catastrophe qui approche grandement. L’ambiance était sinistre à la table de nos héros. Atiss pleurait dans les bras de Dragonis, Savra n’avait dit aucun mot depuis ce matin, Toby n’aviat pas faim et ne cessait de baisser la tête. Cœur de dragon, lui, ne semblait pas touché par les évènements. Toujours inconnu des autres, visage et nom caché, il semblait indifférent, toujours aussi distant, calme, mystérieux… Effrayant !



Le jeune nargacuga de Dragonis, Exulis, caché sous des draps noirs aux pieds de Dragonis, tentait désespérément d’attraper quelque chose dans le sac de ce dernier. Dragonis, curieux, prit son sac et fit tomber le crâne de cristal trouvé au début de leur voyage aux chaînes du Dragon Noir. Heureusement, les autres chasseurs du hall n’avait pas remarqués les pattes d’Exulis dépasser des draps. Il cacha donc son petit monstre et fixa le crâne de dragon en cristal :



-Dragonis : Déjà tant de souvenirs… Je me souviens, il y a plus d’un mois, on discutait de la légende des crânes avec Maximus…

-Cœur de Dragon : Où as-tu eu ce crâne ?

-Dragonis : Jolie, hein ? Par contre, plutôt petit ! Je l’ai trouvé il y un mois dans la Grande Forêt, non loin du gigantesque tronc.

-Cœur de Dragon : En as-tu vraiment besoin ? Que comptes-tu en faire ?!

-Dragonis : Ben… Je vais le vendre, ou peut-être le garder… Je ne sais pas !

-Cœur de Dragon : Donnes le moi ! Mieux vaut qu’il soit entre de bonnes mains qu’entres celles d’un abruti !!

-Dragonis : Mais bien sûr… Je t’en prie ! C’est moi qui l’ai trouvé, tu ne vas pas faire ton gamin, il est à moi !!

-Cœur de Dragon : Très bien !



Le dernier espoir perdu pousse nos héros à se retrouver à la l’ancienne tour. Demain matin, Savra, Toby, Dragonis, Zalutrix et Cœur de Dragon traverseront le continent au grand galop, équipés de quelques mystérieuses armes forgées avec les pierres de la prophétie, afin de venir à temps à la tour et tenter d’empêcher le Chaos.




Oh ! Cruelle destinée…
Danighor et ses acolytes sont parvenus à semer la tempête entre les deux grandes cités, Laprinas et Farock. A présent en plein conflit politique causé par la cruauté de Danighor, les deux sœurs se déclarent guerre.
Qui aurait pu prévoir un tel désastre ?
Ma malédiction et une future guerre…

Oh ! Dieu non !!

La guerre aura lieu au pied de l’ancienne tour !!
C’est un cauchemar… Non !!
N’y a-t-il pas un messie pour arrêter cette folie ?
Ma malédiction va-t-elle réellement décimer la race humaine toute entière ?
Ce n’est pas ce que j’ai demandé…
Je voulais que l’humain souffre comme j’ai souffert !

Danighor !!
Tu t’es emparé du secret de Mondias,
Tu es responsable de cette future guerre !
Que veux-tu ? Bon sang !!

C’est la fin des temps…

Tyranika !

Le dragon du volcan…
Nous sommes à l’aube de l’Apocalypse !



Ce midi-là, à Kokoto, Nos six chasseurs se reposaient dehors sous le soleil éclatant. Quand un appel au secours ce fit entendre. Un homme hurlait de peur, et très vite, la peur monta, et ce fut la zizanie.



-Un dragon gigantesque a détruit le fort de Gloras ! Les survivants sont là !!



En effet, des hommes à cheval, blessés et épuisés, descendirent de leurs montures et firent part de leur témoignage. Les chasseurs n’hésitèrent point à se mêler à la foule :



-Mon Dieu… C’était un démon… Le diable en personne !!

-Chasseur : Mais quel est donc ce dragon ? Moi et mes amis partons le chasser !

-Je l’ignore… Mais il était gigantesque ! Même notre armée n’a pas pu tenir face à cette monstruosité…

-Chasseur : Attendez ! Le vieillard à quelque chose à dire !

-Vieillard blessé : R… Ra… Raviente !!




« ALERTE !! Un imposant nuage noir venant de l’Est s’approche dangereusement du village ! La Daridé est entrée en éruption !! ».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
[AD]tigrex-noir
lao shan lung
lao shan lung
avatar

Messages : 955
Points : 1125
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 24
Localisation : Bayeux/Caen (14) // Rennes (35)

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 16 Mar - 21:52


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lacrimatica.eklablog.com
dragon24111998
hornetaur
hornetaur
avatar

Messages : 17
Points : 21
Date d'inscription : 28/03/2012
Age : 18
Localisation : pourquoi?tu veux me violer

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 30 Mar - 21:13

je I love you cette fic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter-Alex
kelbi
kelbi


Messages : 5
Points : 11
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Mer 8 Aoû - 2:35

Comment dire, elle est .... juste magnifique ! Excellente , j'adhère vraiment aux personnages et à l'histoire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon gold
mosswine
mosswine


Messages : 2
Points : 2
Date d'inscription : 28/08/2012
Age : 20
Localisation : lyon,caluire et cuire

MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   Ven 31 Aoû - 12:25

pour quand la partie 2?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique Noires: Tyranika, l'aube de l'Apocalypse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques noires: la conquête de la foudre poupre
» Chroniques Noires Atlanteus
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» 6° Convention Dark Crusade Apocalypse
» Apocalypse et Reloaded

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antre du Tigrex Noir - Forum de la Saga Monster Hunter :: Taverne :: Fic/ Histoires screenées-
Sauter vers: